Liar, Flower: « Geiger Counter »

Liar Flower, le nouvel album de Geiger Counter – le dernier projet de KatieJane Garside (Daisy Chainsaw, QueenAdreena, Lalleshwari) et Chris Whittingham – est une collection de compositions qui mêlent des voix douces comme le miel à des paysages sonores instrumentaux rêveurs et magnifiquement produits.

Le morceau d’ouverture « I Am Sundress (She Of Infinite Flowers) » est d’une beauté obsédante qui laisse place à la concoction rock hypnotique de « My Brain Is Lit Like An Airport ». Le paysage sonore en colère se transforme ensuite en « 9N-AFE » psychédélique et déconstruit. Ses sonorités robotisées et décalées en font un titre à part entière.

Le style rock de « Mud Stars », juxtaposé à la mélodie de « Broken Light », vous enchantera par sa variété alors que le morceau suivant, « Even The Darkest Cloud », résonnera à vos oreiles en utilisant des guitares lacérées et des rythmes endiablés avec des voix brutes, ce qui met Geiger Counter dans un état de désarroi total, et en fait essentiellement une cacophonie de musicalité mal assortie.

En comparaison, le morceau suivant, « Blood Berries », est une berceuse lente avec une touche de pressentiment. Les brillantes compétences de production des deux musiciens sont fièrement mises en valeur sur le morceau post-punk « Little Brown Shoes ». La fin du disque sera comme un soleil après une tempête, alors que les instrumentaux commencent à s’éloigner des teintes de morosité, de luxure et de dégoût qui sont restées au premier plan pendant la plus grande partie du disque.

Le sensuel et séduisant « Baby Teeth » se fondra, lui, parfaitement dans le country ‘Hole In My Hand’, tandis que les légères touches du titre « Geiger Counter » offrent une mélodie simple, mais mémorable. Le dernier morceau, » »Doors Locked, Oven’s Off », est le parfait rapprochement entre les sonorités sombres de l’album et ses coins aérés, terminant le disque avec les instruments les plus puissants jusqu’à présent.

Une combinaison déroutante de violence bruyante et de caresses douces qui tient les auditeurs en haleine tout au long de l’album. Geiger Counter est aussi méditatif que cauchemardesque, aussi mystérieux que omniscient. Le disque grandit avec chaque écoute et à la fin, s’imprègnera jusqu’à ce qu’on soit prête à le rejouer.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.