Umbra Vitae: « Shadow of Life »

Isaac Newton a soutenu que pour chaque action il y a une réaction égale ou opposée, mais il y a de fortes chances qu’il n’ait pas anticipé la façon dont cette théorie pourrait s’appliquer aux albums de death metal brutal plus de 300 ans après avoir rédigé ses lois du mouvement. Pour le chanteur de Converge, Jacob Bannon, c’est ce principe qui l’a poussé à créer son dernier side-project, Umbra Vitae.

Ces dernières années, Bannon a mis beaucoup d’énergie dans Wear Your Wounds, un collectif dérivé qui exploite un mélange sombrement romantique de post-rock, de morosité gothique et de mélancolie acoustique. Bien qu’il soit occasionnellement secoué en vitesse de distorsion, le flux de Wear Your Wounds est généralement étendu et glacial. Pendant la promotion de leur dernier LP, Bannon a apparemment ravivé son amour du death metal, et à son retour, il a littéralement cherché à changer de rythme. Rejoint par les guitaristes de Wear Your Wounds Mike McKenzie et Sean Martin, le bassiste de Red Chord Greg Weeks et le batteur de Uncle Acid & the Deadbeats Jon Rice, Bannon se lance dans un assaut rapide et implacable pour le premier LP d’Umbra Vitae, Shadow of Life.

Après le bref « Decadence Dissolves », sans percussion, Umbra Vitae fait une éruption dans le tempo sur « Ethereal Emptiness ». Comme son titre l’indique, le son est d’un autre monde, contrastant d’abord les explosions nucléaires de Rice avec de sordides et charmants passages de touches sans distorsion, avant de se transformer en un savant death metal à pleine volée Tandis que Rice fait un backbeat de pierre pour Uncle Acid, la destruction de son kit avec Umbra Vitae rappelle la précision de son temps avec les desperados du death metal progressif Job for a Cowboy. De leur côté, McKenzie et Martin proposent une pléthore de cris pernicieux et de trilles à une note à la Floride dans Shadow of Life, avec « Intimate Inferno » et « Return to Zero » qui sont des exercices particulièrement sauvages de broyage de poignet pour les bûcherons du riff.

D’une part, l’approche de Bannon est effectivement à 180 degrés du mélodisme plus texturé et plus sobre qu’il apporte à Wear Your Wounds, mais si vous avez vécu avec l’un des disques de Converge au fil des ans, vous reconnaîtrez immédiatement la signature du chanteur. C’est, en effet, l’un des hurlements les plus emblématiques de la musique heavy. Mis à côté des phrasés d’accords bruyants de « Atheist Aesthetic » ou » »Return to Zero », Umbra Vitae est naturellement incomparable. La différence réside souvent dans la façon dont chaque acte aborde les pistes de guitare. Le guitariste de Converge, Kurt Ballou (qui a enregistré et mixé Shadow of Life dans son GodCity Studio à Salem, Massachusetts) peut faire courir ses doigts comme l’éclair, mais il apporte également une mentalité hardcore chaotique à son jeu ; les solos de Shadow of Life ont tendance à être plus classiques et livrés avec un vibrato prononcé et presque larmoyant.

Le nom du groupe et le titre de l’album d’Umbra Vitae font tous deux allusion à un poème de l’expressionniste allemand Georg Heym (Shadow of Life est la traduction latino-anglaise d' »Umbra Vitae »), une pièce désarmante et sombre, mais magnifiquement composée, qui annonce une apparente fin du monde. Inspiré par le sombre présage de Heym,

Les paroles de Bannon sur Shadow of Life sont tout aussi sombres, qu’il s’agisse de succomber à un abîme de durcissement de l’âme (« Ethereal Emptiness »), ou d’insister sur le fait que « l’oblitération vous libérera » ( obliteration will set you free) sur « Intimate Inferno ». Alors que «  Return to Zero » débite une série de platitudes positives et d’auto-assistance de type « Mordre la chaîne, s’incliner devant personne / Détruire l’ego, rayonner l’amour » (Bite down on the chain, bow down to no one/Destroy the ego, radiate love, the closing title cut’s thesis is that humans “feign such fearlessness….to rid the hopelessness that feeds on each of us), la thèse du titre final est que les humains « feignent une telle intrépidité….pour se débarrasser du désespoir qui se nourrit de chacun d’entre nous »(feign such fearlessness….to rid the hopelessness that feeds on each of us).

Dans un communiqué de presse, Bannon note comment il utilise sa musique comme « une saine purge d’émotion », une réaction constructive à sa lutte intérieure. L’album d’Umbra Vitae se termine sur un rappel poignant que « les ombres viendront un jour pour vous », mais mettre autant de cœur à l’ouvrage, projet après projet, devrait faire briller Bannon jusqu’au grand inévitable.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :