Clem Snide: « Forever Just Beyond »

Il y a eu de nombreuses itérations de Clem Snide au fil des ans, mais il est maintenant devenu un pseudonyme pour Eef Barzelay. Forever Just Beyond le montre, lui et son ensemble actuel, dans ce qu’ils ont de plus dévastateur.

Produit par Scott Avett, qui joue également et a contribué à l’écriture de certains morceaux, cet album à dominante acoustique contient des mélodies apaisantes et des interprétations douces abordant des sujets lourds comme la vie, la mort et la transcendance.

Barzelay et Avett sont très créatifs, avec l’aide d’un excellent « support group » et les réflexions philosophiques des chansons permettent de faire des observations très mélodiques sur les circonstances de nos vies éphémères.

Comme Steely Dan, le surnom de Clem Snide est également tiré de l’œuvre de William S. Burrougmhs et fait référence à un personnage récurrent qui joue également le rôle d’un détective privé. C’est une analogie pertinente avec la curiosité de qui est véritablement  Barzelay.

« Roger Ebert » ouvre le disque sur les derniers mots du critique de cinéma – « C’est un canular élaboré » (It’s all an elaborate hoax) – et le passage d’une vie à la suivante. La chanson-titre, l’une des plus méticuleuses de l’album, tente de définir le divin comme quelque chose qui se situe en dehors des limites de la foi et de la raison : « Dieu est simplement ce qui se trouve pour toujours juste au-delà de la limite de ce que nous semblons déjà connaître » (God is simply that which lies forever just beyond the limit of what we already seem to know).

« The True Shape Your Heart » est magnifique mais il est aussid’un romantisme déchirant, et ici Barzelay sonne à mi-chemin entre Ron Sexsmith et Nick Cave. « Ballad of Eef Barzelay » renforcera cette notionque de la futilité du suicide, tandis que « Emily » proposera de son côté une recette difficile pour changer le monde – commencez par vous-même et « soyez plus gentil et courageux face à tout cela » (be more kind and brave in the face of it all .

Plus proche, « Some Ghost », co-écrit avacAvett, est un autre joyau musical atmosphérique dont les paroles tentent de donner un sens aux voix emprisonnées dans notre tête et indiquent une issue.

Né en Israël et basé à Nashville, Barzelay décrit sa dernière décennie comme une « montagne russe de désespoir profond et d’opportunités incroyables » (eollercoaster of deep despair and amazing opportunities) si on inclute son divorce, sa faillite et la généreuse donation d’un fan qui lui a permis de continuer sa carrière. Avec Forever Just Beyond, Barzelay montre qu’il a su tirer le meilleur de cette chance qui lui était offerte.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.