Ist Ist: « Architecture »

Formé en 2014 et après une série de maxis bien accueillis, Ist Ist est un groupe de quatre musiciens au son typiquement mancunien. Leur premier LP tant attendu, Architecture, procure un véritable plaisir à l’écoute.

Le premier titre, « Wolves », lève brillamment le rideau, réunissant des synthés de mauvais aloi, des chants de baryton et des traînées de guitare hurlantes, laissant un goût alléchant de ce qui va suivre. L’urgent « You’re Mine » est un régal post-punk atmosphérique avec ses lignes de basse profondes et un refrain accrocheur, tandis que « Black » offre quelque chose de plus mélodique et introspectif.

Sur « Discipline », des lignes de synthétiseur bien visibles s’associent aux guitares, ajoutant à la robustesse de la section rythmique. Comme la plupart des morceaux ici, il est suffisamment court pour avoir un impact maximum. « A New Love Song » est une sorte de pièce maîtresse, où la morosité industrielle s’allie à un érotisme obscur, un son épars et percutant qui met l’électronique analogique sous les feux de la rampe.

On a beaucoup exagéré dans certains milieux le niveau de la dette musicale du groupe envers Joy Division, et, bien que la lignée musicale soit difficile à ignorer sur un morceau comme « Silenc » », les points musicaux peuvent souvent être associés à n’importe quoi, de DAF à Nick Cave. Les riffs durs ajoutent une dimension supplémentaire à ce qui est souvent clairement le son de la ville dont ils sont originaires.

Des rayons de lumière brillent à travers l’atmosphère lyrique maussade et les motifs percussifs ludiques de « Drowning In The Shallow End », avant que « Nights Arms » n’arrive, porté par une dynamique impressionnante et un tumulte de chœur. Sur « Under Your Skin » » les humeurs sombres et obsédantes sont contrecarrées par des coups de basse puissants, et pendant le superbe « Slowly We Escape », qui se rapproche, les atmosphères qui se construisent progressivement font soudain place à une augmentation du rythme et à une coda instrumentale percutante pour conclure ce début sur un high.

Réussir à obtenir un son aussi mature et défini sur un premier album est à coup sûr un exploit impressionnant. Une collection de morceaux granuleux et profonds, mais suffisamment chargés et accessibles pour se démarquer à d’autres niveaux.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.