Good Looking Friends: « The Light of the Well »

Good Looking Friends est un groupe de Brooklyn et il sort ici son deuxième album The Light of the Well. Mixé par The World is a Beautiful Place & I Am No Longer Afraid to Die de Chris Teti, le disque présente les sons naturels – et artificiels – de la ville de New York, y compris les ambulances, les klaxons et les conversations tranquilles. Le chanteur/guitariste Zachary Fisher a déclaré qu’il voulait que ces enregistrements « capturent la musique du mouvement, les sons de la ville ».

La tendre sensibilité émotive et les tons calmes et forts de « Bravery » ouvrent l’opus sur un Fisher qui ouvre son cœur en éclarant « je n’ai jamais demandé à être seul, je suis unique » (I never asked to be lonely, I’m one of a kind) et en remarquant que « c’est une autre nuit enfermé dehors à attendre le soleil » (it’s another night locked out waiting for the sunshine). Arrive en suite un « Euphoria » dans un style plus Brendan Benson que Benson lui-même, avec une autre introduction remplie de tristesse : « Tant de choses sont mauvaises qu’elles ne peuvent pas être intégrées dans une chanson. Il n’y a nulle part où j’appartienne et je vous en rendrai responsable » (So much is wrong it won’t fit into a song. There’s nowhere I belong and I will blame you for it). Au fur et à mesure que le titre prend du rythme, on entend les riffs cinglants et les cris passionnés du titre. Nous pouvons ensuite capter des éléments de Into It. Over It. et The Hotelier dans « Multiply » – une chanson qui mélange un travail de guitare étincelant et complexe avec des paroles honnêtes : « Je suis distrait, je suis ennuyeux, je ne me sens pas bien » (I’m distracted, I’m annoying, I’m not feeling right) ; « Je ne veux pas être seul, je ne veux pas être sans toi » (I don’t wonna be alone, I don’t wanna be without you).

La chansonnette acoustique de style DIY « Chased » offre un interlude de 90 secondes avec des chants doubles, des respirations profondes et des rires alors que Fisher essaie de trouver comment gérer une situation douloureuse : « Je veux te demander comment tu vas, mais si je suis honnête, je n’écrirai aucune des réponses » (I wanna ask how you’re doing but if I’m being honest I won’t be writing down any of the answers). Les six minutes de « Structure » nous présente l’artiste en train de se souvenir d’un rêve où toute sa famille est morte et parle des personnes qui « prient Dieu pour que le week-end commence » (praying to God that the weekend will start) avant que d’énormes percussions ne conduisent à une intense accumulation. Enfin, les synthés Anamanaguchi de « Lawman » font tourner les choses avant que « Survive » ne ramène l’album dans un territoire plus familier, bien que ce soit au t’avers d’une explosion de cordes.

Même si elle a été écrite avant le confinement, la première ligne de « No Thanks » touchera une corde sensible chez beaucoup : « Coincé à l’intérieur pendant trop de jours à regarder la vallée enneigée » (Stuck inside for too many days watching the valley snows). Elle débute par une chanson sur le sentiment de froid et d’isolement, mais devient rapidement une protestation contre les propriétaires et la façon épouvantable dont ils peuvent traiter certains de leurs locataires : « Cette maison est un tel trou à rats »; « C’est tellement humain de vous craindre » ( This home is such a shithole; So human to fear you) . Le groupe plonge alors ses pas dans le territoire post-rock avec l’avant-dernier titre « Tanagra », un hymne dont l’intro est délibérément rythmée et qui présente des enregistrements de vagues s’écrasant contre la literie d’un quai, le tout accompagné d’un piano doux. L’album se termine par « Leonard », une note de bas de page acoustique poignante qui rend hommage à un ami ayant des problèmes de dépendance et qui se retrouve à l’hôpital alors que sa femme purge une peine de prison : « Mes habitudes sont mes habitudes » (My habits are my habits).

Au final, The Light of the Well propose une écoute franche, puissante et finalement optimiste de ceux qui sont devenus nos derniers Good Looking Friends.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :