Elephant Tree: « Habits »

Habits est le genre de disque addictif qui, dès la première écoute, déclencherait d’approfondir les raisons pour lesquelle il suscite une telle déclaration. Tout d’abord, ce disque a été qualifié de « doom » ou de « stoner », car le premier album éponyme d’Elephant Tree s’il était extrêmement lourd, était également accompagné de mélodies et d’une bonne dose de blues. Mais l’étiquette va bien sûr rebuter beaucoup de gens parce qu’elle peut être un peu définitive. Deuxièmement, c’est le premier effort du groupe qui affichecette réputation de chansons turbulentes du chaos sonique bruyant avec lequel jeunes frères et sœurs sèement la zizanie chez les membres plus âgés de leur famille.

Si on considère cet album comme une passerelle vers tout ce qui précède on pourradéfier quiconque aime la musique de ne pas aimer ces airs. La combinaison de la mélodie, de la lourdeur et de la psychédélie a peut-être déjà été essayée mais rarement a-t-on fait en sorte qu’elle sonne si fraîche et édifiante.

« Sails », la première véritable chanson – l’intro, « Wake.Repea » », est une sorte de battement de coeur à la Dark Side of the Moon – a un refrain qui vous ouvre grand le coeur, tandis que « Faceless », qui suit, a une belle ligne mélodique qui est presque impossible à sortir de votre tête. Puis il y a « Bird », qui s’élève aussi haut que son nom l’indique.

Les sons de guitare peuvent être doux et profonds et la basse peut être riche et souple, entraînée par une grosse caisse qui se profile à l’horizon et soutenue par des claviers occasionnels. Ensemble, ils évoquent des riffs à mourir. Mais au-dessus du mur du son, il y a des voix harmonisées qui sont accordées et fragiles, dans le bon sens du terme – comme ces battements de cœur de la fin des années 1960 qui semblaient déterminés à se frayer un chemin à travers la psychedelia envahissante.

Et pour compléter le tout, les chansons sont si bien assemblées. Leur premier album était très bon mais l’écriture des chansons est ici à des années-lumière de ce qu’ils ont produit précédemment. On a l’impression que si Elephant Tree n’était pas tombé dans lun trou d’anonymat, leurs mélodies feraient la joie des fans de pop. Sérieusement.

Prenez « Exit the Soul » »comme exemple. Il n’est pas aussi accrocheur que les morceaux susmentionnés, mais il a un riff apaisant qui est l’incarnation d’un grand géant sympathique. Il vous fera sursauter lorsqu’il se glissera dans vos oreilles, mais une fois qu’il est là et qu’il s’est installé confortablement, il est clair qu’il ne veut pas faire de mal, même s’il se décompose en un rythme d’escargot. Et si ce chiffre ne suffit pas à vous convaincre que ces gars savent comment écrire un morceau, la chanson acoustique « The Fall Chorus » fera l’affaire. C’est une chanson magnifique, avec une coda folklorique cool et mélancolique qui fait appel à un violon. Elle vous transporte dans un pays mythique de patchouli et de velours, de cheveux longs et de doux hallucinogènes.

L’album se termine par les deux plus lourdes des huit chansons. « Wasted » plonge dans les recoins de la psychchedelia, avec des solos prolongés, des voix filtrées et des paroles comme celle-ci : « Je perds mon temps à essayer de trouver une raison de rimer, une raison pour laquelle des choses étranges se produisent dans mon esprit. » (I am wasting my time, trying to find a reason to rhyme, a reason why strange things are happening in my mind). C’est une chanson énorme et elle met en valeur tout ce qui est étonnant dans cet album : non seulement le ton et la mélodie, mais aussi la façon dont elle est à la fois lourde et édifiante, sans effort.

« Broken Nails », quant à elle, est surtout instrumentale et très, très sombre. Il s’agit d’un bon contrepoint à la mélodie que l’on retrouve ailleurs, car il s’agit de riffs. Et de l’effrayant. Mais ne vous laissez pas effrayer. Retournez au début et enveloppez-vous à nouveau dans l’album. Croyez-le, vous aurez envie de le faire encore et encore.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :