Panic Priest: « Second Seduction »

Mort. Sexe. Romance maudite. Ces trois termes simples définissent la présence sonore et thématique de Panic Priest. Panic Priest, c’est le projet musical du chanteur, compositeur et multi-instrumentiste Jack Armondo (du duo dark-pop My Gold Mask), est centré sur la voix profonde et chantante d’Armondo qui entrelace des beats électroniques, des guitares et des synthés de rêve. Panic Priest crée des mélodies de minuit qui ont le don de ne pas se faire oublier de sitôt une fois le jour venu.

Ce très attendu deuxième album, Second Seduction, est une extension importante de la signature sonore du projet (dévoilée pour la première fois dans son offre éponyme en 2018).

Le nouvel album, coproduit par Brian Fox (Wingtips, Ganser), mélange des genres classiques tels que la darkwave, le post-punk et le goth, tandis qu’une sensibilité pop synthétisée moderne richement stratifiée élève l’album à quelque chose de plus grand qu’une simple récréation nostalgique. Presque entièrement interprété et composé par Armondo (avec d’importantes contributions de Twin Tribes, Vincent Segretario de Wingtips et Gretta Rochelle de My Gold Mask), Second Seduction est à la fois personnel et fantastique. Un récit purificateur des expériences de la vie réelle d’Armondo, découlant de ses peines de cœur, de sa vie de non-monogame et même des craintes politiques actuelles. Préparez-vous à être séduit par le monde de Panic Priest.

« In All Severity » propose une délicieuse darkwave dansante. C’est aussi la première fois que nous est donné d’entendre la belle voix forte d’Armondo, qui d’ailleurs s’accorde parfaitement avec la musique. « (silo) » forme un intéressant intermezzo ambiant sombre et,sur l’agréable roc gothique de « Pretty Evil Seed, » nous pourrions à nouveau mettre en granle des jambes qui ne demanderaient qu’à danser

« Nighthunter » ressemble à un croisement entre Soft Cell et Depeche Mode. C’est un morceau de synthpop sombre et lunatique inspiré des expériences réelles d’Armondo dans l’après-nuit. « Nighthunter », dignifiera sortir et chercher un rendez-vous aux petites heures de la nuit avec atmosphère enfumée et sexy mais sur un ton légèrement menaçant. Au fil de la chanson, il devient clair que le narrateur lui-même peut être victime de son propre chagrin et la proie de sa propre chasse perçue.

Dans « Lonely City, on entendra la pop 80’s à la Tears For Fears et Duran Duran tout comme sur « We’ve Got The Cause »et cette multitude d’influences, de The Human League à Gang of Four en passant par Fad Gadget. « BLOOMNDK » contient une intro à la manière de The Cult, mais sort de la tournée pop-rock avec un clin d’œil aux années 80.

« Bleed Again » apporte une belle chanson darkwave avec le pathos de The Misssion et les synthés sinistres de Clan Of Xymox. « Shiver And Crawl » accentuera la tonalité sombre de l’électro-pop avec une voix empruntée à Tears For Fears et où le fort son du clavier semble avoir été volé au D.A.F. ou au début du Front 242. « Eternal Shine » semble être la ballade émouvante et très gothique de cet album. Si on s’autorise autorisés à citer d’autres noms on ajoutera Echo And The Bunnymen à un disque qui pourrait être dans la playlist d’une fête new wave des années 80 sans que personne n’entende qu’il s’agit d’un album enregistré longtemps après. Second Seduction est, à cet égard, le meilleur album new wave des années 80 qui n’a pas été réalisé dans les années 80.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.