Sarah Peacock: « Burn the Witch »

Les battements de tambour créent une transe. Sarah Peacock se matérialise comme la sorcière, sa baguette orchestrant le théâtre musical et lyrique pour la chanson-titre « Burn the Witch », le morceau carte de visite faisant allusion à la magie musicale qui circule comme de la fumée tout au long de l’album. Sa voix est puissante, Sarah Peacock assaisonnant sa touche naturelle de country avec les atmosphères en cascade d’americana qui dérivent sur « Take a Little Time » et la seule source de réconfort dans les rythmes endiablés correspondant aux derniers souffles de « Thoma ». Burn the Witch fait preuve de tendresse dans « Hold Me in Your Heart », où Sarah Peacock selle un or country qui scintille comme la chaleur de midi dans « Mojave », tandis qu’elle suit la marche d’un piano jouet dans le conte southern gothic qu’est « Keep Quiet ». Glissant doucement sur un rythme de triomphe, elle emmène les « Cool Kids » en balade pour des histoires de leurs vies tout aussi cahoteuses, le message de persévérance et de triomphe face aux impasses ; un modèle pour « Burn the Witch ».

Pour le thème de Burn the Witch, Sarah Peacock s’est penchée sur ses propres obstacles personnels, rappelant un moment du passé pas si lointain où elle a remis en question ses choix. Lors d’une tournée de quatre mois en 2016, Sarah Peacock, le groupe et l’équipage se sont arrêtés pour manger un morceau, puis sont retournés à leur point de départ pour découvrir qu’un feu de générateur avait brûlé tout ce qui se trouvait à bord.

Raccourcissant le processus par étapes qui l’a aidée à retrouver ses jambes de scène, Sarah Peacock a partagé que « après l’incendie, j’ai signé avec un label de Nashville quand je suis rentrée de la tournée. J’ai fait deux disques pour American Roots Records avant de me séparer d’eux à l’automne 2018. Il y a eu Beauty in the Ashes (2017) et ensuite Hot Sheet Motel (2018). Je pense que le lien et la synergie entre l’incendie du bus et Burn the Witch est que le bus a été un moment charnière où j’ai réalisé que les gens écoutaient vraiment. Les fans sont venus me voir quand j’étais prêt à arrêter, et cela m’a fait intérioriser (probablement pour la première fois) que le monde était vraiment attentif. J’ai commencé à écrire différemment. J’ai écrit comme si le sort du climat social en dépendait. Burn the Witch est ce qui s’est passé après avoir vraiment laissé le jus de cette expérience et de ces deux derniers disques s’imprégner. Il s’agit de la musique, des chansons, et du pouvoir qu’elles ont de planter une graine de changement ». Parlant au visage de l’autre côté de la table ou aux sourires qui s’élèvent du bord de la scène, Sarah Peacock chante une lettre d’amour dans « The One », hante » »House of Bone » » avec des souhaits de mort et le son fantomatique des pas qui traînent tandis que « Burn the Witch » sculpte un groove funky à partir d’accords pointus et de rythmes aux courbes serrées dans « Colorado ».

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.