Midwife: »Forever »

Comme pourrait le dire quiconque a été gravement malade ou blessé, il y a un paradoxe dans l’acte de guérison, dans le fait que celle-ci peut être vraiment difficile et douloureuse. Il en va de même pour la blessure émotionnelle, et ce paradoxe est ce qui se trouve au cœur de Forever. Le nouvel album de Madeline Johnston, qui porte le nom de Midwife, est un hommage à son ami Colin Ward, qui est malheureusement décédé subitement en 2018. Le fantôme de cette perte plane sur Forever, et fait partie intégrante de l’album ; pourtant, il n’est pas nécessaire de connaître l’histoire pour être touché par le disque Toute personne qui a aimé, perdu et blessé saura exactement ce que cet album tente de communiquer.

Se décrivant lui-même comme du « heaven metal », Forever est ancré dans la dream-pop, le shoegaze et les doux bruits électroniques. Pourtant, malgré la légèreté de son son, la musique de Midwife est émotionnellement écrasante. Les paroles éparses de l’introduction « 2018 » le montrent clairement : « This is really happening to me » répété avec incrédulité, associé à « get the fuck away from me 2018 » prononcé dans un murmure de chanson. C’est tellement sous-estimé et pourtant plein d’émotion, avec plus qu’assez de puissance pour vous briser le cœur.

On retrouve de tels coups de poing doux et assommants dans Forever, chaque chanson comportant au moins un moment qui vous atteint au niveau des côtes, qui s’empare de votre cœur et le tord avec toute la douleur et la joie de l’amour. Tout cela ressemble à une célébration des moments ordinaires qui font que la vie vaut la peine d’être vécue, tout en pleurant leur disparition. Cette contradiction rend Forever si puissant, et si difficile à résister – la double force du chagrin total après une perte, et la catharsis tranquille du deuil, se poussant et se tirant l’un contre l’autre de si belles manières.

Aussi puissante émotionnellement soit-elle, il peut être presque difficile de se concentrer sur la merveilleuse musique de Midwife. Pourtant, une fois que l’on s’endurcit contre son impact émotionnel, une foule d’éléments subtils se révèlent, faisant de Forever un album musicalement plus complexe et plus profond qu’il n’y paraît à première vue. L’une des plus délicieuses est la petite mélodie de « Anyone Can Play Guitar », qui repose sous des atmosphères brumeuses de type shoegaze qui se délectent de la tranquillité sonore qui caractérise les albums comme Loveless.

Le morceau le plus déchirant et le plus cathartique est « C.R.F.W », qui comprend un enregistrement de Ward récitant un poème, dont le point culminant est la phrase « imaginez la façon dont une brise se pose sur le corps de votre feuille alors que vous n’avez finalement plus besoin de vous accrocher » (imagine the way a breeze feels against your leaf body while you finally don’t have to hold on anymore). La guitare douce et les drones qui accompagnent le morceau sont comme un moment de réflexion, et c’est tellement beau, triste et révélateur de la vie qu’il est difficile de ne pas s’en émouvoir.

En 33 minutes, Forever ne risque pas de rester trop longtemps à l’écoute, bien plus longtemps, et son impact émotionnel et mu !sical aurait été moindre, car il aurait été trop lourd à gérer pour un seul cœur. Pourtant, à la fin de sa durée, il laisse à l’auditeur un sentiment de purification, comme si la musique avait contribué à vous libérer des soucis et des craintes profondes auxquels vous vous accrochez. Bien sûr, elles ne disparaissent pas, mais en aidant à les mettre en mots et en sons, elles deviennent tangibles, quelque chose qui peut être confronté. C’est comme un album conçu pour la guérison et le souvenir, doux-amer et douloureux de la plus belle des manières ; le son des derniers adieux et des souvenirs qui resteront à jamais.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :