Clarice Jensen: « The Experience of Repetition as Death »

Dernièrement, la violoncelliste Clarice Jensen, cofondatrice du groupe polyvalent de musique nouvelle American Contemporary Music Ensemble, s’est tournée vers la création d’œuvres solos utilisant des effets électroniques. L’idiome peut sembler idéal pour notre état actuel d’isolement, mais la musique de son album The Experience of Repetition as Death rejette le nombrilisme méditatif. Jensen déploie des boucles et des couches pour évoquer l’expérience de s’occuper de sa mère en phase terminale dans ses dernières semaines, en adoptant des concepts de Freud et de la poétesse féministe Adrienne Rich comme idées structurelles. De simples répétitions dans « Daily » rappellent les tâches élémentaires d’un concierge – leur pénibilité est sous-entendue alors que les bords de la musique s’adoucissent et s’estompent progressivement.

Le vocabulaire électronique de Jensen peut étonner : un bourdon guttural dans « Day Tonight » ressemble à un chant tibétain, et, dans « Metastable », le bip incessant des moniteurs de l’hôpital se transforme en une étude majestueuse d’un orgue à tuyaux « Holy Mother », une hrénodie  montagneuse balayée par le vent, et « Final », où des crépitements nostalgiques précèdent un choral à la voix simple, semblable à un hymne, complètent cet album d’une puissance quasi surnaturelle.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.