True Body: « Heavenly Rhythms for the Uninitiated »

True Body est un combo post punk et new wave avec une influence gothique originaire de Richmond, en Virginie. Il a passé la majorité de son temps en tant que groupe à sortir quelques singles et EPs et, actif depuis 2015, c’est la première fois qu’il sort un album d’une telle dimension. Le disque est composé de dix titres de chansons très profondes et puissantes qui sonnent comme une expérience originale tant la voix d’Isabella Moreno-Riaño est obsédante et aussi belle que les mots qui résonnent dans un opéra.

Le premier titre et « single » est « Spirit City » ; c’est une chanson qui montre une combinaison de différents types de genres, qui se veut optimiste et est véritablementt addictive. « Holy Child », avec son ouverture au synthé obsédante et son instrumentation sombre, porte un regard lugubre et intense sur l’image que peut véhiculer le groupe quand il commence à monter le volume. Cette composition est marquée par un changement de rythme et d’ambiance par rapport à la précédente, et elle possède un vrai climat façonJoy Division comme pour souligner combien True Body est capable de le faire sien. Les guitares tourbillonnantes qui résonnent et le chant d’Isabella se combinent bien pour ce morceau au son sauvage et anarchique. « Chain » évolue vers un son plus doux, en phase avec le morceau d’ouverture. L’ambiance est plutôt sombre, avec des instruments et des chants si vicéraux qu’ils sonnent sincères.

« First Thing » commence de la même manière, mais cette fois avec un clavier qui met en valeur le travail vocal et se transforme finalement en titre dream-pop. La combinaison du synthé et du chant permet d’ induire en l’auditeur une vraie transe, car la chanson est à la fois angélique et incroyablement atmosphérique, lorsque le chant se fait entendre et que le reste du groupe se joint à lui pour ajouter à ce qui est une très belle conclusion. « Glitter » s’appuie fortement sur l’ambiance et l’humeur générale pour porter la conclusion en face A. C’est profond, et l’instrumentation est agréable à écouter. Il est optimiste et sonne comme un morceau classique du post punk des années 80 avec une influence darkwave/goth. La palette vocale sur ce morceau est à couper le souffle, comme le combo se montre capable de se fondre sans effort de groupe.

« Sympathy » utilise une ligne de synthétiseur pour ouvrir le type d’instrumentation intense et claustrophobe qui suivra. « Youth Hotel » s’ouvre sur des bruits ambient qui rappellent un cimetière sombre et brumeux dans un film d’horreur. Les synthés sont bruyants et pulsent tout au long du morceau, et le groupe se présente comme une sorte de piste d’ondes sombres. Les synthés dominent le mixage et sont bruyants et abrasifs, avec un son presque industriel lorsque les voix se réverbèrent. « Television » utilise un son de synthétiseur plus doux et le style du morceaus era plus dans le ton du titre d’ouverture. C’est une composition romantique, sincère, et elle puise à bon escient dans un semblant de nostalgie pour créer un titre dream-pop véritablement inspiré.

« Ariel » suivra sur le même ton instrumental que « Television », à savoir créer un morceau dream-pop atmosphérique, lourd d’ambiance et de sentiments alors que l’album commence à atteindre sa conclusion. « Phone Off » sert de titre final et son utilisation d’une instrumentation simple est une manière parfaite de terminer le disque. Il s’ouvrira sur rien d’autre que des voix et un synthé qui ajoutera un élément véritablement obsédant. Vers le milieu de la chanson, les synthétiseurs retentissent pendant un moment ou deux et la chanson au rythme lent continue de bourdonner. Alors que les dernières paroles « Drifting Away » sont chantées à voix basse, tous les autres bruits retentissent lentement et paisiblement et l’album se termine sur cette note apaisante.

On remarquera la voix obsédante et emblématique d’Isabella Moreno-Riañoqui contribue à placerle groupe à part des autresformations du genre. L’un des aspects les plus significatifs du disque est sa production et son utilisation de l’instrumentation. Le groupe a joué sur la voix et a ajouté des éléments de synthétiseur et d’autres instruments qui ont créé une expérience sonore vraiment obsédante et éthérée. Piste après piste, l’auditeur est plongé dans un monde de rêve et, une fois le disque terminé, ce monde a été totalement intégré en nos sens.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :