Lemurian Folk Songs: « Logos »

Les rockers hongrois Lemurian Folk Songs constituent un quatuor intéressant. Avec leur nouvel album, Logos, ils ont fusionné les structures des chansons des genres prog-rock et post-rock et leur ont donné une touche de peinture psychédélique. Le résultat ? C’est une collection de chansons rock enivrante et expansive qui n’est pas pressée de se terminer.

Presque toutes les chompositions du disque durent plus de sept minutes, et la moitié approche les neuf minutes. Cela permet aux Lumurian Folk Songs de passer d’une partie à l’autre des titres et de les laisser respirer. C’est aussi pour cela que jl’on peut qualifier leur musique comme du post-rock. Ce genre aime prendre dix minutes pour atteindre un point culminant. Ici, le point culminant ne se produit pas vraiment, mais vous cheminez plutôt dans une ballade rythmée par des riffs.

Des morceaux comme « Sierra Tejeda », « Lantern » et « Firelake » sont tous très imposants et ils passent leur temps à vous manipuler comme le ferait un serpent enroulé. Il se peut , ainsi, que le riff de guitare s’éloigne de la tonalité dans laquelle il a commencé pour que le chant dissonant se transfome alors et fasse plutôt écho. Les chansons sont toujours en mouvement et en transformation et c’est la clé pour maintenir votre intérêt. La chanson titre est l’un des meilleurs exemples car elle commence par des carillons et des gongs comme un morceau new-age avant que l’élément rock n’entre en jeu. On a l’impression de se déplacer avec le groupe sur chaque piste.

Il y a cependant un inconvénient mineur. Cinq des six morceaux sonnent de la même façon, tant sur le plan rythmique que sonore et véhiculent alors le même climat. Cela signifie, à contrario, que l’album résonnera de manière plus fraiche lorsque vous séparez les titres et que vous les écoutez individuellement. En conséquence, si on jouait l’album dans n’importe quel ordre, le préféré risquerait d’être celui qui vient en premier aux oreilles. On aurait, alors, apprécié des petites retouches dans le mixage ou, peut-être, une variation de tempo qui ferait des merveilles sur ces longues compositions.

En matière d’instrumentation on ne pourra que souligner le travail du guitarite et du batteur en particulier sur « Calcination » un disque qui se rapproche le plus d’une composition douce et, d’une certaine manière, qui rappelera rappelle les nouveaux mouvements du jazz. Les riffs de guitare et les roulements de batterie sont superbes d’un point de vue technique. C’est aussi le seul morceau sans voix où elles sont un peu mêlées. Un appui trop lourd sur la pédale de réverbération fangeuse et le résultat aurait sonné trop discordant. D’ailleurs, quand les effets sont désactivés, le chant est correct et permet d’augmenter la sensation psychédélique.

Lemurian Folk Songs pourraient donc très bien se passer d’effets spéciaux. La production et la façon dont la basse, les guitares et les percussions sont superposées dans un maillage sonore font déjà assez bien le travail. Les musiciens ont certainement du talent ; Ils doivent juste trouver le mélange de ce qu’ils font pour le mieux mettre en valeur.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :