Clara Engel: « Hatching Under the Stars »

La chanteuse, guitariste, compositrice et artiste visuelle Clara Engel, basée dans l’Ontario, est très occupée : Hatching Under the Stars est lsa trentième sortie, et fait suite à Where a City Once Drowned – The Bethlehem Tapes Vol II, paru il y a un peu plus d’un an.

Le style d’écriture de Clara Engel est subtil et discret, mais il y a des détails dans les arrangements, et ils imprègnent chaque composition de courants sous-jacents qui contredisent les surfaces douces et lisses. De nombreuses chansons de Hatching Under the Stars partagent un thème commun qui est lié au titre, avec des créatures ovipares – principalement des oiseaux, comme représenté par « Oiseau Rebelle » et « Old Feathered Devil », mais aussi parfois des reptiles (« Baby Alligator ») – qui dominent un album rivalisant avec la faune, allant de « Little Blue Fox » (les renards sont des pilleurs de nids notoires pour les œufs) à « Any Creature ».

L’instrumentation est clairsemée sur les neuf longues compositions du disque (la plupart durent entre six et huit minutes), et la voix exquise de Clara en est le point central, bien qu’il y ait une pause à la guitare slide délicate et nostalgique et que la chanson gagne en volume et en profondeur dans la seconde moitié. 

« Oiseau Rebelle » est lent et obsédant, les notes allongées et ondulantes ressemblent à un chant d’oiseau de l’autre monde qui donne un frisson à la colonne vertébrale. S’écartant de la thématique principale de l’album, le célèbre artiste des débuts du modernisme Marc Chagall est le dédicataire de « Preserved in Ice », un titre calme et réfléchi construit autour d’un motif cyclique de guitare, renforcé par des bois.

« Laissez-moi sortir de cette cage » (Let me out of this cage), plaide-t-elle en chantant doucement sur lun « Old Feathered Devil » de presque neuf minutes. « Laissez-moi courir autour du lac qui grandit / jusqu’au matin / et je partirai. » (Let me run around the growing lake / until the morning comes / and I’ll be on my way.) Cela sonne, d’une certaine manière, comme une tromperie sournoise tant la maîtrise lyrique d’Engel réside dans sa capacité à se glisser dans différents personnages. Ils le ou les deviennent à la dérobée et en toute discrétion.

La version de « Little Blue Fox » présentée ici est un enregistrement complètement différent de celui du E.P. Little Blue Fox : plus lente et des notes harmoniques plus éthérées et subtiles culminent au-dessus des cordes recueillies à l’écoute alors qu’un rythme distant gronde presque subliminalement en arrière-plan.

Bien que la voix majestueuse d’Engel soit l’élément le plus captivant de l’album, c’est la façon dontelle travaille autour de motifs musicaux doucement hypnotiques qui rend Hatching Under the Stars si spécial au point que le fait d’écouter l’album et de le laisser couler évoque une reconnexion avec la nature. Ce faisant, enfermé et fermé, on se rappellera que les créatures de la nature se sentent comme un autre monde… mais comme Engel nous le rappelle sur la dernière chanson, « The Indifference of Fire », « le mystère continuera sans moi » ‘mystery will carry on without me). Ainsi fera la vie et, au travers de tout cela, c’est toujours la nature qui gagne.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.