Tenside: « Glamour & Gloom »

De retour après un Convergence qui a été signe d’un second souffle impressionnant, le quatuor de métalcore Tenside a doublé la formule gagnante pour le huitième L. P., un Glamour & Gloom au titre on ne peut plus ambivalent et paradoxal.

Des mélodies en duel marquent le début du disque, le morceau-titre plongeant dans des riffs endiablés et des accords en demi-pas suivant cette même mesure. Bien que « Glamour & Gloom » »s’en tienne à la formule standard du metalcore, les changements de couplets et le solide refrain élèvent le morceau à une ouverture forte.

Le groove rebondissant de « As Above So Below », légèrement décalé, sous-tend les pistes inquiétantes de Michael Klingenberg, tandis que Daniel Kuhlemann pharse les textes d’une voix grondante et dominante. Avec un rythme trépignant et un break teinté de boue, il insuffle suffisamment de rebondissements pour s’écarter des sommets éprouvés du genre.

Si le début du disque ne s’éloigne pas trop de ce plan, on peut apprécier le perfectionnisme qui a présidé à la réalisation des morceaux. Du refrain irrésistible et prêt à l’emploi de « Along With The Gods » au swing et à la fougue de « Cannibal » », le quatuor met en avant ses points forts, avec l’inclusion de la solide accroche vocale de Kuhlemann dans le dernier titre, élément qui s’avère être un point fort.

Avec une présence obsédante dans « The Devil Within », Tenside se glisse entre la fragilité du style shoegaze et les riffs mugis et tirés des règles inaliénables du death metal avec aisance. En s’immiscant dans cette nouvelle voie, la compsotion crée un point de pivot pour le quatuor, s’il choisit daller un peu plus loin par la suite, évolution qu’on ne peut exclure.

En attendant, Glamour & Gloom se contente de livrer des riffs qui font claquer les os et les crânes, ce qui est évident sur « Only The Brave », créant ainsi un refrain hurlant tandis que « Overcome » va sauter tête la première dans des grooves à double détente et des chants qui déchirent la gorge.

Bien que le disque se concentre principalement sur les refrains et un projet qu’on sent prêt pour le stade, on pourra trouver quelques moments comme « The Last Anthem » qui s’inspire de death ‘n’ roll et « All Black Everything » qui utilise plus d’espace que d’habitude pour créer une conclusion dynamique et riche et où Tenside délivre simultanément puissance et retenue.

S’il y a des passages plus faibles, Glamour & Gloom offre un parcours rafraîchissant au travers la cette deuxième vague de metalcore tout en prouvant qu’il peut encore être peaufiné. Avec un son raffiné et poli, Tenside a sorti son meilleur album à ce jour.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.