Test Card: « Music For The Towers »

Le label Sound In Silence est un endroit parfait pour le troisième album de Lee Nicholson, basé à Vancouver, en tant que Test Card. Les douces armatures mélodiques, les suaves bruits de vent, et les notes de guitare et de piano elusivess et parcimonieuses, longues et mélancoliques, sont le format de musique d’ambiance classique que le label a proposé dans le passé – mais une fois de plus, c’est une musique d’ambiance relaxante de premier ordre. Il s’agit d’une approche si relaxante qu’elle devrait pouvoir être prescrite par les médecins. Si la musique d’ambiance est du miel, celle ici est u manuka de première qualité.

« Data Taken Over Under Rating » est un point culminant et l’illustre parfaitement. En commençant juste par le vent, les éléments sont introduits avec une lenteur assurée, de l’enveloppe d’accords extrêmement chaude jusqu’au doux motif arpégé du synthé. Il est magnifiquement exécuté et si on devaist le critiquer,ce serait que le morceau il s’efface trop tôt. Les différents titres sont imprégnés de différents niveaux de mélancolie, mais elle n’est jamais ouvertement triste – « We Oscillated Like Sheep Grazing On Grassy Waveforms » est peut-être le plus représe,natrif de cette humeur.

L’artwork et les titres des morceaux sont bien plus étranges que la musique, avec des appellations comme « It Calmed The Hedges And Blurred The Buildings », un mélange rassurant de guitare folklorique et d’accords que vous pouvez fredonner, et « Let Single Sideband Loneliness Receivers Be Happy », une combinaison de sons de vagues mélodiques et littérales. Des textures supplémentaires sont parfois ajoutées pour rendre les choses intéressantes à ceux qui veulent vraiment y prêter attention, plutôt que de les laisser passer ; par exemple l’élément de diffusion radiophonique de mots parlés indiscernables qui est audible au début de « Monochrome Dreaming Softened The Broadcast », ou les sons faibles et étrangement rapides qui ressemblent à des battements de cœur et qui bouillonnent sous « Horizontal Sweep Correction Lullaby ».

Il s’agit d’une msuique ambient émodée qui remonte directement à Brian Eno et au-delà. Mais elle le fait d’une manière si charmante, si veloutée et calme, avec suffisamment d’attention aux détails comme un tissu fait maison, qu’il faut absolument l’applaudir – mais pas trop fort au cas où vous réveilleriez de manière inappropriée d’autres auditeurs.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :