« La Dissipation des Nuages »: Interview de Waxahatchee

Sobre et et ayant pris une longue période de repos pour se recalibrer, c’est avec un esprit clair et une perspective nouvelle que Waxahatchee revient avec son nouvel album, un Saint Cloud nimbé de musique country.

Cela fait un peu plus de dix-huit mois que Katie Crutchfield a joué pour la dernière fois à Londres à guichets fermés. Juste avant de monter sur scène, elle avait appelé son manager et son petit ami, avec le même message aux deux : elle ne se sentait pas capable de continuer. « J’avais fait le tour de la terre « , dit-elle de cette époque, aujourd’hui. Elle s’est ressaisie et a réussi à refaire des spectacles en se rendant compte qu’il fallait donner quelque chose d’elle : « J’étais vraiment au début de mon sevrage ; je venais d’arrêter de boire un mois plus tôt », se souvient-elle. « Je savais que si j’allais prendre cela au sérieux – si j’allais donner la priorité à ma santé – je devais rentrer chez moi pendant un certain temps, rassembler mes forces et trouver les outils dont j’avais besoin pour que les choses fonctionnent à nouveau ».

Lorsqu’elle reprendra bientôt la route sous le nom de Waxahatchee, la chanteuse aura passé quatorze mois sans tournées – sa plus longue période depuis l’âge de seize ans. Aujourd’hui âgée de 30 ans, ce n’est que depuis un an qu’elle a eu le temps et l’espace de réfléchir à une décennie tumultueuse qui a commencé par l’écriture et l’enregistrement de American Weekend en 2012 chez ses parents en Alabama et s’est terminée par un maelström de critiques élogieuses pour Out in the Storm (2017), un disque qui est un hurlement de colère face aux dégats auparavant créés et qui, après réflexion, lui a permis de fixer un préavis sur la façon dont dix années de travail acharné l’avaient conduite au bord du gouffre.

« J’ai adoré faire Out in the Storm, c’était tellement viscéral et cela me semblait tellement nécessaire. Je savais simplement que ce n’était pas un son durable », explique Crutchfield . Au lieu de cela, sur Saint Cloud, son nouvel album, beau et très populaire, elle a fait un revirement complet, la fureur qui grillait auparavant cédant la place à un doux frémissement contemplatif. Les luttes contre la dépendance et la codépendance qui ont défini le dernier album de Waxahatchee restent au cœur de son écriture mais, cette fois-ci, elle embrasse ses cicatrices, et se remet lucidement du traumatisme personnel qu’elle a mis à nu il y a trois ans. C’est un album étourdissant, chaleureux et magnifiquement mélodieux – un éloge au pouvoir du prendre soin de soi.

« J’ai toujours aimé Lucinda Williams, Linda Ronstadt et Emmylou Harris », poursuit-elle en évoquant la sainte trinité de l’Americana dont l’influence pèse lourdement sur le disque. « Venant du Sud et grandissant sur la musique country, cela a été vraiment formateur pour moi, mais quand je regarde mes premiers disques maintenant, je me battais tout le temps avec mes propres tendances. J’étais un punk qui aimait la musique indie, et je m’empêchais de chanter d’une certaine façon ou de me pencher sur certaines mélodies, même si c’était ce qui me venait naturellement. Maintenant, je suis plus âgée, plus mûre, et je me sens plus sûre de mes intérêts et de mes influences. Je me suis rendu compte que j’avais supprimé ces instincts dans le passé parce que je n’étais pas certaine qu’ils soient cool ou qu’ils me conviennent. Mais ils me conviennent vraiment désormais. ».

Une partie cruciale du retour à la maison pour prendre du temps pour le chanteur était de savoir où se trouvait réellement la maison. Après des années passées sur la côte est, d’abord à Brooklyn puis à Philadelphie, elle s’est installée à Kansas City, MO, avec son petit ami et collègue musicien Kevin Morby ; « Fire » décrit un trajet lent depuis sa ville natale de Birmingham, Alabama en passant par Memphis. Ce sentiment d’appartenance est profondément ancré dans Saint Cloud, un album qui porte le nom de la ville natale de son père en Floride et qui a été enregistré en grande partie au Texas, mais qui, au sens figuré, s’arrête aussi à New York, au Tennessee et à Barcelone.

On a aussi l’impression que le nouvel état de la chanteuse– qui est restée sobre depuis la mi-2018 – a levé un peu du brouillard qui l’entourait auparavant. « Une grande partie de cet album est consacrée à la guérison et à la douceur envers moi-même. Je pense que j’ai trouvé un moyen de continuer à faire mon autocritique, mais d’une manière qui est aimante pour moi », acquiesce-t-elle. « Cela a été un processus délicat – la sobriété est une chose précaire – mais j’ai vraiment l’impression d’avoir fait le travail sur moi-même pendant le temps libre. J’ai beaucoup souffert dans ces histoires, c’est pourquoi j’ai parlé plus ouvertement de la dépendance : elle est à la base de l’album, et on ne peut pas vraiment parler des chansons sans parler de ce que la guérison a signifié pour moi ».

Avec un retour imminent aux tournées à grande échelle, et une nouvelle programmation live promettant de réinventer le catalogue de Waxahatchee, elle est optimiste quant à sa sérénité retrouvée qui se transférera en douceur sur la route. « J’ai l’impression que la conversation autour de la sobriété entre les musiciens est différente maintenant, même par rapport à ce qu’elle était il y a quelques années, honnêtement », explique-t-elle. « Vous savez, nous sommes en 2020 ; beaucoup de gens traversent ce que j’ai vécu, et j’ai tellement d’amis qui ne participent plus à la folie qui accompagne les tournées. Les temps ont changé, et j’ai changé aussi. J’ai beaucoup grandi, ma vie est différente. J’ai maintenant toutes les pièces pour le genre de vie que je veux mener – j’ai juste besoin de les mettre en place ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.