Pearl Jam: « Gigaton »

« J’ai changé en ne changeant pas du tout », avait entonné solennellement Eddie Vedder, le leader de Pearl Jam, en 1993. Ce sentiment est devenu une sorte de principe directeur pour un groupe de rock chevronné qui, malgré l’absence de l’émotion brute de Nirvana et du sens de la théâtralité des Smashing Pumpkins, a réussi à survivre à beaucoup de leurs contemporains alt-rock. Alors que Vedder a écrit des chansons rock indélébiles – « Yellow Ledbetter » n’en étant qu’un exemple – Pearl Jams emble être sous régulateur de vitesse depuis la fin des années 90, et leur dernier album, Gigaton, est, en grande partie, le même que les précédents.

Le premier titre, « Who Ever Said », est accompagné de riffs de guitare grondants et entrecroisés. La voix de Vedder est également en pleine forme (il commence à ressembler un peu à Chris Cornell, qui a toujours été un meilleur chanteur) et il livre des jeux de mots intelligents : « ‘Tout est dans la livraison’, dit le messager qui est maintenant mort. » (‘It’s all in the delivery,’ said the messenger who is now dead). L’accroche de la chanson – « Whoever said it’s all been said ? » – semble directement confrontée à la notion que le groupe est à court d’idées. Et pendant quelques minutes, Pearl Jam paraît déterminé à prouver que ses détracteurs ont tort, et ceci jusqu’à ce que la chanson se transforme en un second mouvement sinueux et finisse par mourir de lui-même. De cette façon, elle sert de microcosme à l’ensemble de l’album : quelques bonnes idées et des moments d’expérimentation aux côtés de quelques casse-tête déconcertants.

Le plus déconcertant en est « Superblood Wolfmoo » », dont le rythme en deux temps, avec des remplissages de cymbales, lui donne une énergie nerveuse qui n’a d’égal que le débit de Vedder. Mais les guitares kloutées sont étrangement déphasées par rapport à la trop grande ampleur de la chanson, et les paroles se lisent comme une tentative de confronter la catastrophe politique à travers le prisme de la perte personnelle et d’une fiction dont on se demande quel rôle elle a. Ailleurs, « Buckle Up » souffre d’un flou lyrique : « D’abord ne pas faire de mal, puis mettre sa ceinture, boucler sa ceinture ! » (Firstly do no harm, then put your seatbelt on, buckle up!) où Vedder semble essayer d’aborder l’importance de l’autogestion de la santé, mais où le rythme lent du titre et sa prestation guerrière font que les paroles sonnent maladroitement.

De temps en temps, les expérimentations de Vedder et de son groupe fonctionnent. Ainsi, malgré un titre idiot, « Dance of the Clairvoyants » est une reprise réussie de la signature sonore du groupe. La section rythmique élastique du morceau, inspirée par le funk, et le riff de synthétiseur troublant s’accordent bien avec le chant de Vedder, qui sonne alternativement enragé et épuisé. « Quand le passé est le présent et que le futur n’est plus/Quand chaque demain n’est plus » When the past is the present and the future’s no more/When every tomorrow’s no more), chante-t-il, ressemblant à un homme qui a vécu plus de vies qu’il ne peut s’en souvenir. En contraste avec le maximalisme de ce morceau, « Comes Then Goes » est une ballade douce, aux accents champêtres, qui met en valeur l’étendue vocale souvent sous-estimée de Vedder. La fiabilité est peut-être ce qui a fait de Pearl Jam un pilier si puissant, mais plus ils sortent de leur zone de confort et s’éloignent de leur identité de longue date (ou de son absence), plus ils paraissent enfermés dans un schéma de maintien.

**1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.