Rapid Talk: « Interview de Shane Told (Silverstein) »

Silverstein écrit, tourne et publie de la musique depuis vingt ans, sans jamais se reposer sur ses lauriers. Son dernier album, A Beautiful Place to Drown, est un puissant ajout à la discographie du groupe. Bien que le disque ait ses sonorités classiques et reconnaissables de Silverstein, il contient également beaucoup d’idées et de pratiques nouvelle ;. occasions de parler avec le chanteur Shane Told de la réalisation de ce nouvel album et de la longévité du groupe.

En abordant l’héritage de Silverstein, et de ce que cela a été de consacrer vingt ans à la musique l’explication est sans ambiguité : « Ce n’est pas comme un travail. Plus de succès signifiait plus de temps et de ressources à investir, et maintenant nous y sommes à cent pour cent », déclare Shane. « Il a pris le dessus sur nos vies, mais ce n’est pas un sacrifice parce que nous en retirons beaucoup en retour. Je pense que les groupes arrêtent de jouer parce qu’ils pensent que le résultat ne vaut pas le travail, et cela peut certainement être un défi, mais je crois en l’équilibre que cela présente ».

Le niveau de détermination affiché par Told est, impressionnant. Il parle avec certitude de ses objecrifs et des fonctionnalités offertes par ce nouvel album : . « D’habitude, j’ai l’impression que les disques perdent quelque chose en cohésion quand il y a trop de collaboration, mais les parties de chacun des invités se sont senties naturelles à l’ambiance des chansons, en particulier le reportage de Caleb Shomo sur Burn It Down. Il y a eu quelques disques depuis que nous avons décidé d’avoir des voix invitées, et je pense que cet équilibre de collaboration est nécessaire pour notre musique. Nous avons vraiment eu de la chance d’avoir de si grands artistes sur l’album », déclare-t-il. « Ils ont été nos premiers choix, vraiment. Ils nous ont tous compris, nous et notre direction créative, et chacun d’entre eux avait son propre espace unique dans lequel s’intégrer. »

Reliant l’époque passée du groupe à l’état actuel de A Beautiful Place to Drown, on peut lui mentionnet mentionné que le groupe a toujours été connu pour son mélange d’énormes criffs accrocheurs livrés avec un chant plus agressif et une instrumentation plus lourde, mais que le nouveau disque semblait aller au-delà des vieilles recettes pour ui demander s’il y avait eu une progression significative qui a conduit à cette évolution du son. « Eh bien, stylistiquement, ces vieux trucs sont venus et sont partis. De nouveaux styles deviennent populaires ou sont découverts, et nous pensons que la meilleure façon de garder une longueur d’avance est de simplement écrire de bonnes chansons. Faites passer la structure avant les tendances. Si l’on regarde des chansons spécifiques de A Beautiful Place, même le premier « single » avait une approche texturale différente, mais au fond, c’est toujours Silverstein ».

À cet égard, « All On Me », semblait faire preuve de la plus grande expérimentation.

« Nous avons d’abord écrit cette chanson au synthé, ce qui était intéressant pour commencer. Nous avons pris le risque d’inclure un solo de saxophone, et je pense que cela a donné à la chanson le ton dont elle avait vraiment besoin. Le saxophone était un moyen d’expression heureux pour un instrument inattendu dont l’inclusion ne semblait pas ridicule », déclare Shane. « Quand vous en êtes à votre neuvième disque et que vous y travaillez depuis vingt ans, c’est vraiment cool de pouvoir encore faire quelque chose de nouveau et que ça marche si bien ! »

Ne reste plus alors qu’à savoir si Told s’était investi dans d’autres projets personnels et on pouvait attendre à vingt années supplémentaires de Silverstein.

Le groupe et moi sommes à l’aise avec le rythme que nous avons établi au cours des deux dernières décennies. Si jamais cela nous semblait laborieux, je suis sûr que cela nous ferait changer d’avis, mais nous nous sommes si bien entendus en tant que musiciens que nous pensons que c’est la voie que nous sommes censés suivre », a déclaré Shane. « J’ai l’impression qu’il y a un moment où quelque chose s’allume en vous et vous réalisez, en regardant en arrière : c’est ce pour quoi je vais être connu, alors je ferais mieux de le prendre au sérieux et d’y travailler dur. Si je ne donne pas le meilleur de moi-même, je ne rends pas service à tout le monde. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.