Vladislav Delay: « Rakka »

Sur son premier nouvel album en 5 ans, le musicien finlandais Vladislav Delay tente de donner une signification écolofique au son électronique extrême inspiré par le temps passé au-dessus du cercle arctique, entouré par la toundra et la force brute de la nature et visuellement donné vie par la femme de Ripatti, Antye Greie-Ripatti, alias AGF. C’est une évolution sonore qui tue, comme ses productions fondamentales de réaction en chaîne hachées, vissées et alimentées par des feuilles de « bruit blanc » et de métal noir.

Bien qu’il ne comporte pas d’enregistrement de localisation, Rakka transmet clairement son thème à travers une palette fascinante de textures altérées, de rythmes inébranlables et le genre de conception sonore réverbérante sur grand écran qui a défini son catalogue de musique contemporaine culte depuis la fin des années 90. Bien que Delay ait été particulièrement absent du calendrier des sorties ces dernières années – à part le travail sur la bande originale de The Revenant (2015), enregistré avec Sly & Robbie (à venir) en 2018 – ce nouvel album est un rappel vivifiant de son talent mortel pour créer des environnements totalement immersifs aux pôles de l’ambient, du dub et du bruit.

Inspirée par la lutte pour survivre dans des conditions impitoyables, la musique ressemble manifestement à un certain nombre de styles associés à la musique des latitudes nordiques. Des traces élémentaires de black metal scandinave, d’électronique de puissance de type Pan Sonic ou Deathprod et d’isolationnisme ambiant à la Thomas Köner sont toutes détectables dans les panoramas brutaux de l’album, et parlent évidemment d’une conception commune des étendues sauvages non contrôlées et non corrompues de l’extrême arctique, et de leur effrayante sorte de magnétisme qui pousse/tire les sens.

Titrés dans le style typiquement allitératif de Vladislav, les titres se succèdent en cascade dans des itérations agressives de rythme gravierux et d’attrition tonale. Rakka », la puissance d’ouverture à peine harnachée, déclenche une réaction en chaîne sur les événements qui s’ensuit dans une sorte d’ambiance explosive dans « Raajat », et ce qui ressemble à un chant black metal étouffé mêlé à du flashcore dans « Rakkine », tandis que « Rampa » martèle un tatouage techno de bruit martial, et le couple final amène ce son à ses degrés de fin logique avec une forme à couper le souffle.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.