Loathe: « I Let It In And It Took Everything »

Trouvez-vous un groupe qui peut tout faire. Un groupe qui crée des refrains célestes tout en vous frappant les oreilles avec une distorsion agressive. Un groupe qui embrasse des genres comme le nu métal, le shoegaze et le hardcore. Trouvez un groupe comme Loathe. Vous vous dites peut-être que ça ressemble beaucoup à Deftones. Vous n’auriez pas tort de penser cela.

Le son de ce combo de Liverpool est fortement influencé par les pionniers du nu metal de Sacramento. Mais Loathe n’est pas une escroquerie de marque générique. Ils ont choisi un genre qui est facile à prendre au sérieux en raison de son chant surchargé (les phrasés de scat heavy metal de Jonathan Davis de Korn viennent à l’esprit) et de ses riffs si graves qu’on se demande comment les cordes sont encore attachées, et ils l’ont enrichi de nouvelles palettes sonores.

Le nouvel album de Loathe, I Let It in and It Took Everything, s’appuie sur les points forts des précédents albums du groupe. Là où leur premier album, The Cold Sun, mettait en scène les coups de boutoir industriels des seigneurs du Djent Meshuggah et Animals As Leaders, I I Let It in and It Took Everything affiche des éclaboussures de couleurs vives ainsi que des synthés et des atmosphères lunatiques. Le « single » « Two Way Mirror » est dépourvu de voix rauque, le chanteur Kadeem France optant pour un chant plus sensuel soutenu par des guitares post-rock. Il n’est pas surprenant que le chanteur de Deftones, Chino Moreno, ait donné son approbation à la chanson en tweetant le clip.

Cela ne veut pas dire que Loathe a abandonné la brutalité qui les a menés à ce point de leur carrière. De nombreuses chansons oscillent entre le riff de tourbillon synonyme de tête d’affiche de l’Ozzfest et des passages élégiaques offrant un effet de tension et de libération à l’auditeur. Sur « Heavy Is the Head that Falls with the Weight of a Thousand Thoughts », le groupe incorpore des thèmes de black metal avec son bruit sourd titanesque habituel, ce qui donne lieu à un chaos béat.

Malgré les hommages clairs rendus à Deftones tout au long de I Let It in et It Took Everything, on ne peut m’empêcher de se demander si les prodiges du blackgaze Deafheaven sont une source d’inspiration pour Loathe. Les deux groupes s’inspirent fortement de leurs influences ; George Clarke a fait l’éloge d’Alcest dans le passé et il est clair que l’utilisation du shoegaze par le groupe a joué un rôle essentiel dans le développement du son de Deafheaven. Le deuxième album de Deafheaven, Sunbather, a fait tourner la tête de la communauté black metal et a suscité un débat sur la question de savoir si c’était du metal. Sur Sunbather, Deafheaven a repoussé les limites du black metal, traversant les frontières pour devenir populaire auprès des fans d’indie. Malheureusement, certains fans de métal les ont injustement qualifiés de « hipster metal », au mépris de la créativité et du talent du groupe. 

Loathe va-t-il devenir un groupe de métal crossover comme Deafheaven ? Il pourrait bien l’être car ils ont tout ce qu’il faut pour devenir un groupe de statut similaire grâce à leur talent, voire génie, à mélanger les genres.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :