Stephen Malkmus: « Traditional Techniques »

Traditional Techniques est le dernier album d’un trio de disques de Stephen Malkmus sortis ces trois dernières années. Le seul principe de base de ces albums est qu’ils sont tous très différents les uns des autres, et qu’ils portent à peine l’empreinte distinctive de Malkmus, malgré les couches de synthétiseur ou les drones de sitar..

Alors que le Groove Denied de l’année dernière était plus pointu dans son altérité, cet album voit Malkmus dans une humeur plus libre, expérimentant avec des textures d’influence orientale (ACC Kirtan, Shadowbanned), utilisant une petite clarinette (« What Kind of Person ») ou se perdant dans un conte de chien hirsute pour l’amour de Dieu (« The Greatest Own in Legal History) ».

Malkmus saute si souvent entre la narration et l’impénétrabilité :« Personne ne veut vous décoloniser… / Que faudra-t-il pour vous décoloniser ?  (no one wants to decolonise you… / What will it take to decolonise you?’) et fait que les moments occasionnels de franchise émotionnelle frappent avec une réelle force. « Brainwashed », par exemple, commence par des appels à « enlever les vieilles pensées » avec des notes intimes axées sur le concept de renaissance/renouvellement avant que Malkmus ne ne mette tout à nu, se plaignant de ses frustrations face aux cycles répétitifs de l’industrie musicale, mais admettant que c’est un mode de vie qui crée une dépendance.

Il y a plus d’un clin d’œil à l’ancien style de Malkmus (par opposition au rock « poli » des Jicks), où des titres « Cash Up » et « What Kind of Person » pourraient facilement trouver refuge dans la collection de bric-à-brac de Pavement. Le dernier morceau, « Juliefuckingette », est l’une des meilleures chansons que Malkmus ait jamais écrites – avec une immédiateté qui rappelle « Spit On a Stranger » ou « Zurich is Stained », des voix en contrepoint des lignes de guitare acérées et genre d’accroche avec lequel il n’a jamais eu de problème.

Ceci n’est pas un disque qui se préoccupe trop de cohérence, mais la liberté d’expérimentation convient bien à Malkmus, surtout quand, comme ici, il laisse les idées dicter la musique sans essayer d’adhérer à une quelconque cohésion thématique.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.