Silverstein: « A Beautiful Place to Drown »

Les groupes emo restent encore dans les parages aujourd’hui mais leurs membres vieillissent ; ils se retrouvent donc à un carrefour de leur route où leur carrière peut évoluer de deux façons.

La plus facile est de s’en tenir à des chemins bien usés. Après tout, c’est l’émotion qui a fait le succès du groupe. Le problème, c’est que les rock stars riches et d’âge moyen n’ont plus vraiment de quoi être tristes, et que, par conséquent, leurs textes sonnent forcées et peu sincères.

Heureusement, Silverstein a pris un autre chemin, plus difficile, mais, au bout du compte, plus gratifiant et meilleur : Il a évolué. Le 10e album du groupe, A Beautiful Place to Drown, porte toujours l’ADN de Silverstein, mais il minimise l’émo en faveur du post-hardcore et du métal, continuant ainsi à faire progresser une récente démarche ainsi antreprise sur cet opus.

Dès le premier morceau, « Bad Habits », l’ambiance punk est à l’honneur, avec une pointe de pop-punk dans un premier temps, en raison du chant et de la tonalité générale. Ce qui le ramène dans le domaine du post-hardcore, ce sont les lignes criardes, utilisées comme un accent plus qu’une caractéristique, qui font que les influences de la guitare métallique sont pop.

En continuant sur cette voie, « Burn It Down » n’a presque rien d’émo, et c’est mieux pour lui. Caleb Shomo de Attack Attack ! et plus récemment Beartooth – groupes de metalcore et de hardcore – fait son apparition et son influence y est plus qu’évidente. « Where Are You » fait un peu perdre le pied. Ce n’est en aucun cas une jam lente, mais le changement de rythme est opportun.

L’un des points forts de l’album est « Infinite », qui utilise une apparition d’Aaron Gillespie de Underoath pour lui donner un aspect plus dramatique et plus expansif. Le refrain a des nuances du Top 40 du rock – pensez à Imagine Dragons – une couche presque éthérée sur un jeu de guitare inspiré du punk cumulé à une nuance electro sans qu’aucune instrumentation électronique ne soit tangible.

Après le peu inspirant « Shape Shift », viendra « All On Me », qui est le plus proche des racines emo de Silverstein sur ce A Beautiful Place to Drown. Il s’agit d’une chanson de rupture sérieuse avec un côté d’apitoiement, chantée sur une mélodie qui ne serait pas déplacée dans un drame romantique.

Une fois que vous serez bercé dans un sentiment de calme et de sécurité, l’album vous lancera tête baissée dans « Madness », qui s’ouvre sur le riff de guitare le plus dur et le plus hardcore de l’album et Princess Nokia, star de l’emo-rap, y fera une apparition sur un couplet.Les textes rageurs, échangés avec les cris particulièrement agressifs du chanteur Shane Told, seront, à cet égard, le point culminant de l’album en termes d’énergie.

Suivront « Say Ye » et « Stop » qui reviendront dans la zone pop-punk introduite dans le premier titre. « Madness » est une composition difficile à suivre et elle sonnera peu plate à l’écoute de l’album dans son ensemble.

« September 14″ », quant à lui, mélange des paroles emo et une technique de guitare punk. Son pont est le moment métal de l’album grâce, en outre, à sa voix criée et un rythme qui entraînera tout auditeur à lâcher prise et se livrer à fond. L’album se terminera avec « Coming Down », qui se distinguera surtout par un refrain qui semble conçu spécialement pour se loger dans notre tête pendant un bon bout de temps et « Take What You Give », leatroisième et dernière des reprises emo.

Le plus grand a priori qu’on pourrait avoir à l’égard de A Beautiful Place to Drown est la stigmatisation que la musique emo a développée depuis son apogée.On saluera alors cette volonté à aller de l’avant en souhanitant qu’elle n’effraie les fans de punk ou de métal au point d’obérer les chances que pourrait avoir Silverstein à surnager.

***1/2

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.