Skyforest: « A New Dawn »

Souvent, le public cible du black metal se rapporte aux humeurs et aux émotions les plus sombres que l’on trouve dans cette faculté que l’homme à voiloir explorer.Bien sûr, c’est vague mais es mérites contextuels de la haine, de l’angoisse, de la perte et du désespoir qui accompagnent la mort ou la perte semblent presque incontournables pour la plupart des artistes de black metal. Pourtant, A New Dawn de Skyforest semble s’opposer aux stéréotypes habituels évoqués plus haut. A New Dawn est, en effet, un effort de créer un black metal atmosphérique aux couleurs vives, un black metal qui représente à la fois l’art sur sa couverture et l’esthétique même qui le rend (et d’autres albums comme lui) viable bien au-delà de 2020. Le troisième lopus studio de Skyforest est inondé de positivité et de grâce, passant d’un paysage sonore d’atmosphères magnifiquement composées à un autre de stéréotypes black metal primitifs, mais se voulant absolument grandioses. Cette nouvelle offre de Skyforest présente un visage frais et stimulant dans unensembles où les atmosphères demerent normalement et irrémédiablement obscurcies. Si, vous avez été captivé par les derniers albums de Falls Of Rauros, Saor ou Winterfylleth de la dernière décennie, Skyforest continue dans la même veine sans plagier des artistes qui restent les plus en vue dans le domaine.

Il est difficile de ne pas être emporté par le paysage sonore de « Along The Waves ». Des explosions percussives tumultueuses et des trémolos ravageurs rencontrent un tourbillon de notes majeures dans un crescendo atmosphérique aussi coloré que l’œuvre d’art qui représente le troisième long-métrage de Skyforest. Pourtant, A New Dawn définit une expérience croissante, indépendamment des vues des auditeurs sur les collines musicales due leur Nouveau-Brunswick que les motifs chauds que ce groupe de black metal si particulier laissent. Les tropes cinématographiques de « Along The Waves » peuvent laisser certains auditeurs dissociés de la scène black metal atmosphérique plus actuelle, mais la positivité clairement inclinée du morceau (et d’une grande partie de ce qui suit) est quelque chose que l’on ne voit pas habituellement dans toute une industrie (et clairement moins orthodoxe) de peinture de cadavres et de groupes trouvés égarés dans une imagerie sylvestre dont le décor est la forêt de pins.

En fait, le son de Skyforest 2020 est vaste et teinté de moments progressifs, comme le coup de maître de Borknagar qu’a été, True North en 2019. Des moments comme « The Night Is No More » se construisent dans des passages qui laissent entrevoir une mélancolie nuancée. Des notes de sonnerie dansent devant les compositions plus légères, avant d’être couplées à des chants black metal variés qui vont des scansions, appels et chuchotements folkloriques, jusqu’au penchant typique du genre pour les cris déchirants. Chaque composante vocale ajoute à la profondeur de l’album sans pour autantenfermer l’auditeur d’un cri à un autre. La mélodie que l’on retrouve dans l’ensemble de l’esthétique de A New Dawn est clairement le point central, ce qui profite à la fois au groupe et à l’auditeur.

On pourrait dire que Skyforest s’en tient à l’idée d’un black metal inspiré et allégé, mais c’est exactement là que l’album grandit et prend sa source sans l’esprit de qui l’écoute. A New Dawn est moins un album de cris, d’explosions vocales et de trémolos qu’un album qui attire tous ceux qui sont prêts à jeter un regard neuf sur une scène où les verts et couleurs forestières possèdent d’autres attributs. Bien qu’il ne soit pas complètement original, l’album évolue vers une double harmonie masculine et féminine que l’on retrouve au sein de « The Night Is No More ». C’est rafraîchissant, même si le solo de guitare a le bon goût de traverser le mixage. Le dernier effort de Skyforest s’adresse aux fans de black metal fatigués des stéréotypes habituels et propose quelque chose de nouveau à la place.

Malgré les promesses de l’ensemble du disque, certains moments se fondent les uns dans les autres – criant au besoin de faire basculer l’atmosphère dans la noirceur stéréotypée… ne serait-ce qu’un instant. « Rebirth » est tout aussi enchanteur dans sa composition, mais il est attiré par l’atmosphère qui le précède. Ces contretemps sont toutefois compensés par la capacité de A New Dawn à faire corps en l’auditeur après de multiples écoutes. La somme de toutes les parties de Skyforest pourrait bien placer son troisième effort de studio dans le domaine des atmosphères de black metal éculées qui s’accrochent aux stéréotypes, mais en s’emparant de certains paysages sonores plus positifs (et des gammes majeures qui les accompagnent normalement), A New Dawn est un producteur passionnant par rapport aux actes plus contemporains, et largement innovant face à l’angoisse du black metal en raison de cette caractéristique simple. En grande partie, il y a quelque chose à retirer de cette nouvelle offre, une nouvelle aube qui est, peut-être, en train de naître.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.