Interview de Gladie: » Gladie but Sadie »

Le groupe indépendant de Philadelphie Gladie a sorti son premier LP Safe Sins, un album a été conçu à partir d’une série d’entrées de journal écrites par la chanteuse Augusta Koch (anciennement Cayetana). « Je voulais vraiment que cela ressemble à la lecture d’un journal intime (I really wanted it to sound like reading a diary), a déclaré Koch. Intime, il l’est comme epu d’autres le peuvent être. Enregistrant les différentes étapes du deuil, Safe Sins est une représentation sonore de la façon de surmonter l’angoisse.

Composé de : Augusta Koch (Cayetana), Matt Schimelfenig (Three Man Cannon), Ian Farmer (Modern Baseball) et Pat Conaboy (Spirit of the Beehive), le groupe est une véritable centrale électrique, qui joue sur les forces de chacun pour créer un étonnant paysage sonore collaboratif comme l’explique ici Augusta Koch.

Safe Sins est un récit sur le traitement du deuil, d’où vous est venue l’idée de ce projet ? Le concept s’est-il présenté naturellement, alors que vous continuiez à écrire ?

Les paroles du disque proviennent de notes de journal que j’ai écrites au cours des deux dernières années. Elles ont toutes commencé comme un courant de conscience. Une fois que j’ai pu les voir regroupées et élaborées, il était clair de voir le récit. Écrire des chansons est drôle comme ça parce que c’est comme si on se tenait un miroir de son passé, du genre « bon sang, c’est donc à ça que tu pensais ? Ma vie a beaucoup changé ces dernières années. J’ai ressenti un immense chagrin, me retrouvant constamment pris dans des boucles négatives. Ce disque est en fait une recherche d’optimisme au milieu de tout cela et de la façon dont le chemin n’est jamais linéaire. 

Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur l’inspiration qui se cache derrière ce disque ?

Je voulais vraiment que cela ressemble à la lecture d’un journal intime. Je voulais aussi me lancer des défis comme je ne l’avais jamais fait auparavant. J’écoutais beaucoup de Sharon Van Etten, David Bazan, Lorde et Granddaddy au moment où j’ai écrit le disque. Nous voulions qu’il y ait une plus grande palette de sons électroniques. 

Que voulez-vous que les auditeurs retirent du contenu de l’album ?

Il y a tellement de bonne musique que si quelqu’un prenait le temps de l’écouter, je serais flatté. Si cela les réconfortait d’une certaine façon, cela en vaudrait la peine pour moi. 

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui ont du mal à gérer leur chagrin ?

Pourquoi avez-vous décidé de rééditer « Twenty Twenty » sur cet album ?

« Twenty Twenty » a été la première chanson que j’ai écrite pour Gladie. J’ai senti qu’elle correspondait vraiment au thème du disque et qu’elle servait en quelque sorte de morale à l’ensemble. De plus, avec l’état du monde aujourd’hui, il y a une anxiété généralisée. Cette chanson parle absolument de la dépression optimiste. 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans l’enregistrement de Gladie par rapport à vos autres projets ?

Matt me lance des défis comme personne ne l’a jamais fait. Je suis une personne extrêmement impatiente avec d’horribles problèmes de confiance. Ce disque m’a permis d’affronter de front ces deux qualités épouvantables. Si je pouvais enregistrer et sortir une chanson le jour où je l’ai écrite, je le ferais. Matt est tout le contraire. Il a une attention incroyable aux détails et son cerveau créatif me sidère. Il en veut toujours plus. J’ai vraiment du mal à ralentir. Nous avons pris beaucoup de temps pour enregistrer, modifier et développer cet album. C’était dur au début, mais c’était une grande leçon à apprendre.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre collaboration ? Quels sont les points forts que vous tirez les uns des autres ?

Je suis une personne qui aime les paroles et les sentiments, et Matt peut entendre et manifester tous ces beaux paysages sonores. La magie se produit pour moi lorsque ces deux-là s’alignent l’un sur l’autre et qu’il y a une confiance aveugle dans les forces de l’autre. 

Avez-vous des objectifs pour cette sortie ?

Si je pouvais faire plus de spectacles plutôt que rester serveuse dans un bar ce serait parfait pour moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.