Anna Calvi: « Hunted »

Si vous essayez d’attirer l’attention d’un interlocuteur, vous avez tendance à parler plus fort, à vous immiscer dans les conversations respectives et à essayer de dominer la volonté du plus grand nombre. Mais il existe une théorie selon laquelle, en fait, pour attirer l’attention d’un groupe, il faut parler doucement, en forçant le public à se taire pour entendre ce que vous dites. Anna Calvi explore le pouvoir du silence sur Hunted, son coruscant quatrième album.

Ou est-ce son troisième et demi ? En effet, Hunted propose des interprétations de chansons de Hunter, son troisième album, avec l’ajout de quelques invités sur la plupart des morceaux. Les mélodies sont familières, mais les chansons sont fraîches. Elles ne sont pas dépouillées comme dans un épisode de MTV Unplugged, où Calvi joue les chansons à la guitare acoustique sans batterie ou en utilisant uniquement des bongos. Elles sont plutôt réimaginées sur le plan de l’atmosphère, un peu comme lorsqu’on désosse et réassemble une dinde. L’aspect est le même, mais la structure sous-jacente est différente.

La différence est frappante sur une chanson comme « Swimming Pool », qui, sur Hunted, met également en scène l’auteur-compositeur-interprète Julia Holter. Les deux chanteuses ont l’impression de chanter dans un canyon de marbre, la réverbération donnant l’impression d’entendre le morceau à travers une douce tempête de neige faite d’échos. La guitare de Calvi est un orchestre, non pas de musique traditionnelle et conventionnelle, mais aussi de bruit. Au contraire, elle crée des textures qui transcendent presque notre langage musical, ou du moins le mien. C’est spirituel et la délicatesse du morceau saisit l’auditeur, l’obligeant à tout sortir de sa tête pour vraiment entendre la chanson. Ce n’est pas que la version Hunter de « Swimming Pool » soit particulièrement tapageuse, mais cette version est beaucoup moins opaque.

Mais même les morceaux les plus lourds de Hunter bénéficient du réexamen de Hunted. « Indies or Paradise » se réduit à un simple riff de guitare, une méditation pour Calvi. La suite d’accords est répétée, non pas comme Aerosmith essayant de charmer un public en émoi, mais comme John Coltrane travaillant à essayer de débloquer un sens caché et plus profond. Calvi décompose la chanson à sa plus petite unité et essaie ensuite de résoudre le mystère de l’essence de la chanson. Mais la version embusquée de « Don’t Beat The Girl out of My Boy » est moins un pèlerinage. En collaboration avec Courtney Barnett, Calvi propose une version simple mais plus dépouillée de l’un de ses singles.

La voix et la guitare de Calvi, ainsi que quelques chanteurs invités, sont les principaux éléments recherchés. C’est une démarche intéressante d’aller plus petit, plutôt que plus grand, mais elle est payante. C’est un album concept, mais ce n’est pas un album gimmick ; c’est l’exécution qui rend cet album spécial. La voix de Calvi est magnifique, capable de s’étirer sur les chansons d’une manière qui donne l’impression qu’elle déforme presque les refrains. Son jeu de guitare est tout aussi passionnant, reconfigurant la saleté et le bruit de manière à obtenir quelque chose d’étonnamment joli. Ce sont tous des traits de caractère que Calvi a montrés sur d’autres albums, mais Hunted donne une chance unique de les entendre : de préférence avec des écouteurs dans un endroit calme où vous pouvez lui donner l’attention qu’elle prendra, ou méritera, autrement, d’une manière ou d’une autre.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.