Handguns: « When The Light Burns Out »

On peut dire sans se tromper que Handguns a connu son lot de changements de line-up, mais maintenant, armés à nouveau des membres originaux, ils reviennent avec leur quatrième album, When The Lights Burn Out.

Le premiee titre, « Constructive Criticis » », ne dure peut-être qu’une minute, mais il est percutant dès le début et constitue un retour très attendu, étant donné que leur dernier album est sorti il y a cinq ans.

« Cap Peeler » ensuite est tout ce que l’on peut attendre d’un disque pop-punk : une histoire de rupture angoissante avec des riffs extrêmement accrocheurs, sans parler de la nostalgie inattendue façon Pinky And The Brain, qui s’arrête à mi-chemin pour laisser place à un « Hey Marco what do you want to do tonight? / The same thing we do every night Jake / Try to take over the world. » (Hey Marco, que veux-tu faire ce soir ? / La même chose que nous faisons tous les soirs Jake / Essayer de conquérir le monde.)

L’ensemble du son du disque rappelle le genre de pop-punk qui faisait des vagues au début des années 2010, et, bien qu’il soit très facile d’écarter cela comme un manque d’évolution, il est plus significatif qu’ils restent fidèles à leurs racines. « Frictional Damage » le montre parfaitement avec ses chants infectieux qui seront sans aucun doute bien accueillis dans n’importe quel spectacle, et qui ont cet air nostalgique de jeunesse.

Le morceau phare, « Liquid Therapy », est un hymne énergique et roboratif qui reflète la qualité du lyrisme du groupe, facteur de longévité de leur succès. Bouleversant un peu la direction, « Glass Lanterns » en revanche adoptera un nouveau son rafraîchissant pour le combo ; un son légèrement plus lourd qui se rapproche presque du style pop-punk de Sum 41. Le chant déformé et les riffs puissants fonctionnent très bien, et il aurait été intéressant d’en entendre un peu plus sur l’album. Une des choses les plus remarquables à retenir de ce disque est le fait qu’il s’agit d’un groupe qui sait très bien qui il est. Il est regrettable qu’il n’ait pas eu l’éclat qu’il mérite pleinement après douze ans, mais Handguns restera un groupe à part entière dans la sphère pop-punk.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.