Roman Lewis: « Heartbreak (For Now) »

Roman Lewis est en train de réécrire les règles du métier d’auteur-compositeur-interprète. Nous avons enfin la chance d’avoir quelqu’un d’assez courageux pour s’écarter du peloton avec une sortie unique. Son nouvel EP Heartbreak (For Now), composé de sept chansons, se concentre sur la romance et l’autocritique sous des formes complètement différentes. Rapide ou lent, chant ou parole, les sept chansons ont toutes un point commun : la guitare acoustique.

En effet, on entend rarement ledit instrument être utilisé de différentes manières, plutôt que le frottement standard des accords. Pourtant, des motifs hypnotiques de picking au doigt et des séquences d’accords apaisantes égayent ce disque

« Ways » est le premier morceau, c’est un titre excentrique et énergique qui expérimente un nouveau type de style pour les auditeurs de Lewis. Il n’est pas nécessaire d’être branché sur un ampli pour que le public puisse danser. Dans sa première ligne, il t est dit : « There are four ways to look at life, love, lust, addiction, strife » (il y a quatre façons de voir la vie, l’amour, la luxure, la dépendance, les conflits). Le reste de ce, trop court, disque est d’ailleurs emblématique de ce que des paroles d’une telle intelligence peuvent susciter.

Les chansons plus lentes du disque reprennent là où il s’était arrêté avec son précédent album Mindless Town, en tant qu’auteur-compositeur rêveur. « Heartbreak » et « Just a Woman » utilisent des paroles absorbantes, vous plongeant dans la profondeur de questions sur le définition de l’amour assez impressionnantes pour un jeune de 17 ans. Heartbreak est un mot de plus pour qualifiier l’inspiration et élaborer sur sa nature spirituelle.

La dernière chanson, « Midnight in Paris », est un hommage séduisant à la ville la plus romantique du monde. Elle capture parfaitement le sentiment de nostalgie totale d’un amour passé. Juste quand on pensait qu’il ne pouvait plus le faire, Roman chante une partie de la chanson en français, ce qui contribue à la magie. Peut-être que les leçons de français à l’école sont utiles après tout !

Le romantique Roman Lewis révèle qu’il y a un côté optimiste dans sa musique et qu’on peut espérer avoir le meilleur des deux mondes.

***1/2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.