Stone Temple Pilots: « Perdida »

Au début des années 1990, l’un des groupes les plus populaires de l’ère grunge a été Stone Temple Pilots, aux côtés des poids lourds habituels que sont Nirvana (Come as You Are), Pearl Jam (Even Flow), Alice in Chains (Man in the Box) et Soundgarden (Outshined).

Créés en 1989 à San Diego, Californie, Etats-Unis, les Stone Temple Pilots ont connu une popularité fulgurante dès la sortie de Core en 1992 – leur premier disque le plus vendu, propulsé par leur single « Plush, le plus connu et le plus populaire des charts. Cinq autres albums ont suivi, de Purple en 1994 à Purple en 2010, toujours avec leur chanteur original, feu Scott Weiland, décédé en 2015. Les fondateurs Dean DeLeo (guitare), Robert DeLeo (basse, chœurs) et Eric Kretz (batterie) ont poursuivi leur travail en recrutant Jeff Gutt comme nouveau chanteur. Le prochain album de Jeff Gutt, Perdida, sera son deuxième opus avec Stone Temple Pilots.

Perdida débute avec son « single » principal –une complainte de type country, « Fare Thee Well », qui se signalet une teinte de blues et de gospel, grâce à la guitare slide de Dean, ainsi que les mélodies d’orgue et de piano du musicien invité Bill Appleberry et les chœurs de style « church-mode » de Joy Simpson et Tiffany Brown. Suit une ballade tout aussi sentimentale, « Three Wishes », avec sa délicieuse corne d’abondance de guitares. L’ambiance est ensuite plus sombre avec le morceau-titre agrémenté d’une subtile orchestration de cordes conduite per Yutong Sharpe (violon), Julie Staudhamaer (alto) et Erin Breene (violoncelle), et qui rappellera aux initiés le « single » « Lady Picture Show » de 1996.

éI Didn’t know the Time » reprendra le thème folklorique général de Perdida ; avec une menstion spéciale pour le magnifique ad-lib de guitare et flûte d’Adrienne Byrne ; si le terme Folk Grunge n’a pas encore été inventé, il conviendra alors de l’utiliser pour décrire la tonalité d’ensemble de cet album. Avec ses parties de piano poignantes et son interlude alto-saxophone émouvant de Chris Speed et, aussi absurde que cela puisse paraître, il pourra aisément s’intégrer dans une liste de lecture comprenant des chansons de Chicago (« Saturday in the Park ») et America (« I Need You »). Avec « She’s My Queen », Dean, Robert, Kretz et Gutt ramènent d’ailleurs l’auditeur au côté acoustique du grunge des années 90, où la musique était axée sur l’innocence sonore des instruments et du chant plutôt que sur la rage et l’angoisse.

Stone Temple Pilots se lance alors dans la sensibilité post-Grunge de « Miles Away », qui ressemble à une salve ou une valse où les cordes ont la part belle avant que la guitare ne reprenne ensuite le dessus avec le sombre balancement psychédélique de « You Found Yourself while Losing Your Heart » qui, l’espace d’une nanoseconde, dégage de faibles échos du « Creep » des Stone Temple Pilots. L’avant-dernier morceau, « I Once Sat at Your Table » pourrait presque être considéré comme un road-sond de folk psychédélique ; un court instrumental de guitare, prélude au « Sunburs »,composition au falsetto texturé, inerprétée au piano.

Comparé aux autres albums de Stone Temple Pilots, tant anciens que récents, Perdida peut sembler bien loin. Cependant, on peut le considérer commeun autre vsersant, plus doux, du groupe, et surtout comme l’antithèse de l’album éponyme Blues-Grunge de 2018 ; il surprend le groupe dans sa prédisposition à la détente et à la contemplation et nus surprend tout autant à cet égard. Aa demeurant, Stone Temple Pilots, même à l’époque de Weiland, n’avait jamais été en mode rock à 100 % tout le temps et, malgré l’ombre que la mort du charismatique bien que troublé Weiland avait jetée sur eux, les autres Stone Temple Pilots ont pu se relever de la tragédie. Perdida est la preuve que les frères DeLeo, Kretz, et surtout Gutt, sont plus que capables de reprendre le groupe et de l’orienter là où ils l’ont toujours cherché, à savoir à produire des chansons déchirantes et émouvantes.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.