Jeff Parker: « Suite for Max Brown »

Il a fallu rien moins que plusieurs décennies, mais le paysage de la musique contemporaine a enfin rattrapé pris en compte Jeff Parker. Ce guitariste né dans le Connecticut est un pilier de l’innovation musicale à Chicago depuis le milieu des années 90, lorsqu’il est devenu un joueur régulier de Tortoise, dont le mélange de rock indie, de jazz et de sons cinématographiques a établi une norme ludique pour le post-rock. Mais pendant la majeure partie de cette période, Parker a également exploré des sons musicaux qui ont échappé à la conscience des créateurs depuis au moins les années 70, en particulier le jazz fusion. En tant que membre d’Isotope 217 et du Chicago Underground Duo/Trio/Quintet, Parker a trouvé une nouvelle vie dans des idées autrefois explorées par Miles Davis et Mahavishnu Orchestra, parfois synchronisées avec IDM twitch, ailleurs laissées plus de place pour respirer, mais toujours livrées avec une approche fraîche et des résultats souvent étonnants.

Il a fallu un certain temps – et on peut dire que c’est bien trop – mais le jazz s’est récemment retrouvé au premier plan de la musique contemporaine la plus excitante, grâce à l’émergence de plusieurs scènes mondiales avec des groupes de jeunes innovateurs tels que Kamaal Williams et Makaya McCraven. Parker, cependant, est resté constant dans sa production prolifique de jazz, de musique expérimentale et de post-rock qui change de forme, livrant l’une de ses déclarations les plus profondément touchantes avec 2016′s The New Breed, un hommage à son défunt père. Son nouvel opus, Suite for Max Brown, se veut un hommage à sa mère, Maxine Brown, destiné à être publié pendant qu’elle est encore là pour l’écouter et l’apprécier. Fidèle à sa longue carrière d’inspiration dans des formes de jazz non traditionnelles, elle met en valeur l’ampleur et la beauté de ses compositions, en reprenant un certain nombre de fils qui se rattachent à une grande partie de son remarquable catalogue.

Parker met beaucoup d’idées dans l’album, mais elles sont vite mises en œuvre, sans jamais dépasser la durée de l’accueil, et arrivent parfois sous forme d’esquisses plutôt que de pièces volumineuses. Des titres comme « Lydian » et  » »’mon Now » »sont plus des intermèdes que de véritables chansons, mais ils propulsent ce qui ressemble parfois plus à un mix de DJ qu’à un album en soi, ce qui était en partie l’intention d’un Parker qui cécu comme, selon ses dires, un moment d’épiphanie après avoir transformé un morceau de Nobukazu Takemura en A Love Supreme de John Coltrane. Ce tiraillement entre des rythmes imparfaits et des instrumentaux transcendants se retrouve dans de nombreux morceaux ici, comme le très groovy « Fusion Swirl » ou la jam session minimaliste de « Go Away ».” Le bref « Gnarciss » semble même, à cet égard, pouvoir s’intégrer confortablement dans un album de Tortoise ou peut-être un joint de Prefuse 73.

La suite pour Max Brown est souvent à son meilleur lorsque Parker et ses collaborateurs – dont son groupe The New Breed, les trompettistes Rob Mazurek et Nate Wolcott (Bright Eyes), et le batteur Makaya McCraven – donnent aux mélodies et aux improvisations l’espace nécessaire pour respirer. Si « 3 for L » est l’un des morceaux de jazz les plus traditionnels, la facilité et la retenue dont il fait preuve offrent un contrepoint apaisant aux exercices de rythmes maniaques que l’on trouve ailleurs sur le disque. Le tourbillon fusionnel d’ »After the Rain » est un mélange d’ambiance miasmique, et le long rapprochement, « Max Brow » », tire le meilleur parti de ses propriétés pour offrir des mouvements variés de funk, de soul et de sérénité. Selon les standards du jazz actuel, Parker est un vieux pro, mais sa maîtrise de la forme montre qu’il y a toujours de nouvelles frontières brillantes à explorer.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.