Gabrielle Aplin: « Dear Happy »

Gabrielle Aplin est l’une des rares artistes dont les EPs sont aussi bons que sur album. Elle ne manque jamais de livrer un projet musical avec un sens lyrique profond, d’excellentes voix et des refrains inoubliables. Sur Dear Happy, l’auteur-ecompositrice-interprète anglaise se lance dans la pop mais parvient à chaque fois à créer un disque aussi époustouflant que ses projets précédents. 

Sur Dear Happy, ses paroles profondes, sa voix émotive et ses accroches continuent de briller de mille feux. L’album commence avec « Until The Sun Comes Up » qui sert d’apéritif aux fans qui ont attendu près de cinq ans pour se plonger dans une autre deses productions poétiques.

Les chœurs ont toujours été l’une des forces d’Aplin et des titres comme « Invisible », « Kintsugi » et « Strange » sont des exemples de la facilité avec laquelle elle crée une chanson rqui semble avoir été composée pour passer à la radio Une chose qui rend le refrain de « Invisible » difficile à oublier par exemple est la façon dont elle allonge le titre sur un rythme électro pop. Par ailleurs, « Kintsugi » est sans doute la chanson la plus dansante de sa discographie. Après 30 secondes, les parties du corps sont comme vouées à bouger d’elles-mêmes et cette chanson a tous les éléments d’une pop instanténée qui attend de prendre la première place sur les hit-parades.

Cependant, juste au moment où on se metà penser que c’est plus de la pop que de la véritable composition, arrive « Strange » et on commencera à se demander si Dear Happy est un album d’Ariana Grande ou de Selena Gomez.

Ailleurs par contre, la chanteuse enchantera les auditeurs avec des morceaux au tempo lent comme « My Mistake » et « Just One of Those Days ». Sur ce dernier, alors que sa tonalité passe doucement de l’aigu au grave, elle chante significativement : « Am I jaded? Am I meant to feel this way? I’m a loser getting beat by my own game. »(Suis-je blasée ? Suis-je censée me sentir ainsi ? Je suis une perdante qui se fait battre par son propre jeu) .

L’un des aspects agréables de Dear Happy sera finalement qu’Aplin n’a pas peur de sortir de la scène acoustique et indie pour plonger dans la pop. Bien que le nouvel album ne soit pas quelque chose qui puisse nous émouvoir comme ses précédents albums, il est certainement agréable et  adio friendlygrâce à une pop bien plus colorée qu’elles le sont généralement sur les ondes. Ce nouvel album est un projet solide – si solide qu’il est difficile de le classer dans sa discographie il méritera une place à part.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.