Darren McClure: « A Mere Fraction »

A Mere Fraction, voilà un titre adéquat pour le deuxième opus de cet artiste irlandais après un premier,On Opposites, proposait des textures perturbées mais pourtant minimalistes.

Perturbées, les textures de cette grosse heure musicale le sont car parcourues de glitchs, souffles et bruissements divers, comme si McClure avait voulu capter des sons à travers le monde et les avait réintégrés dans ses compositions : petites explosions semblables à des coups de tonnerre, murmures comparables à de la pluie, bruits de flux et reflux de vagues, etc…

Au-delà de ces apports, l’Irlandais n’oublie pas de conférer une luminosité certaine à quelques-unes de ses composantes (« Knots », « Pulse Of The Landscape ») et, de manière plus générale, demeure dans une forme d’économie de moyens qui le conduit à ne pas verser dans la surenchère.

Son minimalisme, qu’on saluait précédemment, trouve donc une nouvelle déclinaison, peut-être un peu plus sec mélodiquement, avec A Mere Fraction, déclinaison qui se déploie pleinement dans les treize minutes du caudal « Impact, Plumes And Cloud ». Outre une basse légèrement grésillante, cette composition accueille ainsi quelques micro-pulsations, un petit trémolo aigu et quelques-uns des compléments captés par McClure, confirmant, possiblement davantage que le reste de l’album, la dimension narrative de ses propositions musicales.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :