Lungbutter: « Honey »

Lungbutter est fait pour les amateurs de math-rock bien noisy. Ce trio montréalais nous offre un condensé de rage et d’efficacité comme l’atteste son premier album intitulé Honey.

Il suffira de onze morceaux bien denses et compacts pour que soit mis le turbo avec des titres implacables tels que « Solar » mais également « Vile » et « Bravo » résolument abrasifs. Entre le chant nerveux de Ky Brooks, les riffs acérés et monstrueux de Kaity Zozula et les martèlements de batterie, il n’y a qu’un pas que Lungbutter réussit à franchir.

Impossible ; non plus, de ne pas vouloir l’accompagner sur les morceaux noisy et explosifs que sont « Flat White » mais également de « Henry Darger » et « Intrinsic ». Honey montera en puissance tout au long de l’album avec « Maryland », « Curtain » ainsi que le final en apothéose nommé « Veneer ». Entre noise-punk et math-rock, lecombo canadien semble avoir attaint la quintessance de ce qu’il voulait être et en profite pour mettre la barre très haut dans le registre ainsi choisi.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.