Daniel Lopatin: « Uncut Gems »

Une bonne bande originale de film devrait donner envie d’aller voir le long métrage au service duquel elle se met. Le thriller des frères Sadie mettant en vedette Adam Sandler dans le rôle d’un joaillier criblé de dettes de jeu bénéficie du savant travail du compositeur avant-gardiste Daniel Lopatin, alias OneohtrixPointNever.

Beaucoup moins aride que lorsqu’il travaille sous son pseudonyme, Lopatin installe une ambiance définie par les timbres des synthétiseurs vintage avec lesquels il travaille — sur « The Ballad of Howie Bling » en ouverture, et plus tard avec « Back to Roslyn » et son solo de saxophone, ça sonne comme Vangelis sous hallucinogène. À l’opposé, sur « The Fountai »n et surtout « School Pla »y, Lopatin exprime le genre d’anxiété que maîtrisait John Carpenter lorsqu’il composait les bandes originales de ses classiques des années 1980. L’utilisation judicieuse d’une chorale, en ouverture, sur « Windows » puis « Mohegan Suite », appuyée par les synthés, insuffle urgence et gravité à l’ensemble.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.