Andy Shauf: « The Neon Skyline »

Andy Shauf n’est pas étranger à un album concept. En 2016, il a sorti son disque révolutionnaire, The Party, qui a été inspiré par différents participants à une fête. Le musicien canadien s’est imposé comme un artiste ayant un don concret pour créer des personnages immersifs et enrichis par son lyrisme.

Pour le cinquième album du Torontois, The Neon Skyline, on le suit lors d’une soirée entre amis dans un bar de sa ville. Au cours de la narration de l’album, Shauf découvre que son ex-petite amie est de retour en ville et (à sa grande surprise) elle finit par se montrer. À première vue, cela peut sembler une affaire relativement banale. Cependant, l’album qui en résulte est en fait une exploration inattendue, poignante et charmante sur tout, des relations et des cycles destructeurs à la réincarnation et à la capacité d’aller de l’avant.

Dans la continuité de son travail, Andy Shauf a écrit, produit et interprété tous les titres de The Neon Skyline. S’écartant du son centré sur le piano de son prédécesseur, la composition met la guitare au premier plan. Deux aspects clés rehaussent l’esthétique folk-rock globale de l’album. La présence de la clarinette de Shauf sur des morceaux comme « Thirteen Hours » et « Where Are You Judy » introduit une chaleur et une profondeur jazzy qui me rappelle le Closing Time de Tom Waits. Le second ajout est l’utilisation de la pédale de réverbération à ressort de Shauf pour sa guitare, qui crée une dimension psychédélique tout à fait bienvenue dans le jeu, en particulier sur le morceau de clôture « Changer ».

Mais ce qui fait de cet album un dique au-dessus du lot, c’est la richesse des paroles, qui prennent ces moments fugaces de conversation dans la vie et créent de belles réflexions sur la condition humaine. Un sentiment de voyage s’installe dès le début du morceau d’ouverture, car Shauf encourage son ami Charlie (et l’auditeur) à le rejoindre au bar local, où il « lavera ses péchés ». Lorsque Charlie finit par le rejoindre, Shauf propose une réflexion après coup à laquelle tout le monde peut s’identifier, en chantant : « Je perds [juste] du temps… parfois, il n’y a pas de meilleur sentiment que celui-là ».

La relation de Shauf avec son ex-petite amie Judy est disséquée tout au long du dossier, ainsi que les processus que nous vivons tous lorsque nous retrouvons un ancien amant. Dans « Fire Truck », après avoir protesté contre son ex, Shauf affirme que parfois on peut avoir l’impression qu’on n’aurait jamais dû parler l’impression que je ne devrais plus jamais parler. Il s’agit d’une articulation sur le type de pincement d’orteils que toute personne ayant déjà eu une conversation avec un ex sous l’effet de l’alcool est susceptible de comprendre.

Ce sont ces réflexions récurrentes qui soulignent la poignance accessible de l’album. Sur « The Living Roo » », après avoir écouté son amie Claire parler de sa propre répétition d’une mauvaise habitude parentale qui lui a été transmise par son père, Shauf et Charlie réfléchissent qu’ils ont l’impression d’être accidentellement entrés dans le salon d’un étranger. En tant qu’auditeur, c’est souvent ce que l’on ressent en s’aventurant dans l’album.

Shauf a une capacité brillante à créer un récit sain, riche de personnages colorés et complexes. The Neon Skyline vous fait passer pour un groupe d’étrangers lors d’une soirée à Toronto. Le résultat en est une charmante observation des moments les plus subtils de la vie de l’humanité.

****

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.