Die ! Die ! Die !: « Promises Promises »

Le power-trio Die ! Die ! Die ! porte bien son nom, et pas seuelement parce qu’il s’agit d’un combo composé de trois membres. Un batteur, Michael Prain, qui malmène ses futs, un bassiste, Lachlan Anderson, qui fait ronfler son instrument comme jamais et un Andrew Wilson qui cogne ses cordes et débite des textes bouillonnants et incendiaires inarrêtables sur fond de distotion suraiguë ; Promises Promises fait montre d’un opus canalisé par un sentiment d’urgence et de fulgurance électrique.

Si « Blinding » ne vous laisse pas groggy d’entrée de jeu, « Britomart Sunset « vous achèvera avec son intro où l’on peut entendre une basse que n’aurait pas reniée le Peter Hook des débuts de Joy Division. Le reste est à l’avenant de cette guérilla sonore, et, c’est seulement quand le power-trio ralentit le rythme que l’on peut reprendre son souffle, heureux d’entendre ce bruit qu’on peut qualifier de magnifique.

Sur « Whitehorses » la propulsion sonique laisse place à une mélodie intens car Die ! Die ! Die ! est toujours porté par une batterie insatiable, une basse prognathe et une guitare distordue. Mais le groupe nous racontera aussi une belle histoire et se laissera aller à quelques élans power-pops que l’on découvre en de trop rares occasions. Raison de plus pour ne pas craindre les acouphènes.

***1/2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.