No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Buildings: « Negative Sound »

Buildings mise une fois de plus sur la sobriété de son rock frontal, et dépose avec Negative Sound un quatrième album inquiet, et inconfortable, un inconfort nourri d’observations sociétales et de sombres expériences intimes, ici lâchées dans la puissance originelle des amplis avec, en ligne de mire, la volonté de susciter l’angoisse.

Aussi noise qu’abrasif, le trio de Minneapolis s’expose sans faux-semblants, au fil de riffs toujours aussi bien sentis et de sombres déflagrations, sans pour autant s’enliser dans le pessimisme. Musicalement, les dix titres de Negative Sound ne laissent place à aucun hasard, cherchent plutôt l’immédiateté d’une musicalité instinctive.

Les cordes tremblent, on ressent la robustesse du propos dans une énergie distillée aux bons endroits, laissant tour à tour place à des dissonances obstinées et des rythmiques imparables (« A Good Hill To Die On », « Felt Like A Perfume », « Piss Up A Flagpole », « Human Filter »). : ça marche plus que bien tant ça respire le noise rock pur et dur, la frénésie destructrice.

§

On ne manquera pas de souligber la voix rageuse de Brian Lake finissant d’embellir le tout, et ce même lorsque le groupe joue mid-tempo (« Dying Nasa Scentist », « Thumb In The Eye) ».

Buildings n’étant pas né de la dernière tendance, quelques influences de jeunesse refont surface lorsqu’il alourdit ses accords tranchants (« Sit With It », « Bear The Dog », « Certain Women »). Sans singer pour autant, ces relents nineties n’ont rien de ces pétards mouillés que l’on tente en vain de rallumer, mais s’exposent de façon honnête et légitime jusqu’à permettre au groupe d’asseoir, au passage, son identité unique.

Voilà un disque à la production parfaitement équilibrée, où derrière l’apparente facilité se cache tout un panel de subtilités à découvrir. Selon les états du moment, il devient un jeu de pistes qui, au fil des écoutes, révèle nos dualités intérieures. Il ne reste donc plus qu’à explorer ses propres pôles, et voir de quel notre inclinaison penche le plus.

***1/2

26 novembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :