No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Pan American: « A Son »

Ceux qui sont familiers avec l’œuvre antérieure de Mark Nelson, souvent mieux connu sous son pseudonyme de Pan American ou pour son travail avec Labradford auraient pu s’attendre à au moins une goutte d’électronique sur A Son, son dernier effort ; le neuvième depuis plus de 20 ans.

Peu importe qu’ils ne comprennent pas, ça n’a jamais été le but. Avec Pan American ou Labradford, ou pour Kranky, son label phare, il ne s’agissaitpas de s’en tenir à un genre musical « parfaitement réglé », qu’il soit question d’électronique, de néoclassique ambient ou autre. La problématique était de remettre en question les frontières de la musique, du son, où elle a commencé, et si lle va être infinie.

Ici, sur A Son, il semble que Nelson ait décidé de commencer par le début, de revenir aux sources, afin de pouvoir avoir une meilleure vision de la direction que prennent les choses. Mais revenir aux racines n’est pas la même chose que de revenir aux racines traditionnelles de la musique en tant que telle. C’est, en quelque sorte, un fait que Nelson explore ici de par la simplicité du son, des instruments acoustiques « originaux », de la guitare ou du dulcimer martelé, comme sur le titre d’ouverture avec un nom explicite – « Ivory Joe Hunter, Little Walter ».

En même temps, c’est aussi la vision personnelle de Nelson des racines, la façon dont il a ressenti cette musique lorsqu’il l’a d’abord expérimentée, et ensuite telle qu’elle a filtré à travers les excursions musicales qu’il a traversées, comme par exemple, sur  « Brewthru » » ou excellera « Dark Birds Empty Fields ». Il n’est pas étonnant que Nelson cite comme source d’inspiration pour cet album June Tabor, The Carter Family, Suicide et Jimmy Reed, mais telle quil l’a vue et filtré par sa vision et son imagination.

Ce que nous obtenons sur A Son de Pan American est pastoral, mais en même temps un album émouvant qui, en regardant en arrière, non seulement dégage l’espace pour avancer, mais fait les premiers pas dans une autre direction, i,édite encore mais prégnante et à fleur des ouïes.

***1/2

7 novembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :