Dirty Sound Magnet: « Transgenic »

Par opposition aux couleurs chatoyantes qui orne sa pochette, ce trio suisse œuvre dans des nouvelles teintes et celles-ci sont plutôt sombres, se référant à une scène psychédélique qui cherche à se démarquer des années 60. Il en résulte un album aux préoccupations très actuelles (« Hashtag Love », le diptyque « Social media boy » / « Social media girl », « Transgenic ») à l’avenant de leur proposition musicale qui retient du passé l’esprit aventureux plutôt que la fidélité absolue à l’idiome exubérant tel qu’il est fantasmé. Pour autant point de virage électro à l’horizon mais un bricolage malin et ingénieux, œuvre d’un trio de freaks/geeks qui aurait mis la main sur le stock de pédales d’effets du voisin.

A la fois classique dans la trame (on y entend guère que de la guitare, de la basse et de la batterie) mais totalement original dans la forme le trio entraîne l’auditeur sur des sentiers escarpés, de la distorsion à tous les étages, dont on ressort étourdis par l’audace formelle du trio, son sens de l’écriture mais aussi cet art de vitrioler ses compositions à grandes lampées de sons sortis d’on ne sait où, signant l’œuvre d’un trio de cerveaux vrillés. Ainsi est annoncé un vent nouveau soufflant sur la scène psychédélique.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :