No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Stereophonics: « Kind »

Onzième album pour les Stereophonics, combo gallois le plus renommé du public et loué des critiques. Après 25 ans de carrière, s’est créusé un fossé qualitatif de plus en plus large en raison, notamment, de derniers disques qui, pour beaucoup, sonnaient de moins en moins audacieux.

Kind a donc pour mission de confirmer que les guitares rageuses sont bien un lointain souvenir, s’ancrant alors dans un registre pop-rock particulièrement acoustique mais qui demeure, sur son ensemble, cohérent.
L’album composé de dix titres débute qur le genre de morceau qui se fait trop rare aujourd’hui, un « I Just Wanted The Goods » qui s’ouvre sur un riff caverneux à souhait et nous entraîne par la suite dans un rock bluesy aux textes contestataires et annonciateurs de joiles choses.
Mais la montée en puissance ne se fait pas. Les trois
morceaux suivants restent de qualité mais dans le registre, vu le contexte, de la ballade acoustique. Ainsi « Fly Like An Eagle » le « single », « Make Friends With The Morning » et « Stiches » sont trois ballades acoustiques aux arpèges simples mais efficaces dans la mesure où elles parviennent à ne pas ouvrer dans l’emphase.


Le tempo ne va pas s’emballer après cet interlude romantique et la série de morceaux suivante s’enlise dans le mielleux, tant au niveau de la musicalité bien banale que des paroles légèrement larmoyantes comme « Hungover » et « This Life Ain’t Easy ». On frisera même l’auto-parodie neo-folk qur la complainte traitant de la dure condition ouvrière qu’est « Street Of Orange Light ».
Un soupçon d’audace vient de « Bust This Town »
viendra rehausser la cadence grâce à son côté funky la voix profonde de Kelly Jones donnera une patine plus licencieuse mais le soufflé retombera très vite, et le disque lui se termine dans la complainte amoureuse larmoyante avec les deux derniers titres « Don’t Let The Devil Take Another Day » et « Restless Mind » où ; seulela voix éternellement jeune, suave et éraillée de Kelly Jones maintiendra le tout hors l’eau.

Ne reste plus qu’à espérer que le combo décidera de s’éloigner du consensus dans lequel il se fourvoie depuis quelques années, si tant est qu’il en est encore capable.

**1/2

19 octobre 2019 - Posted by | On peut faire l'impasse |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :