No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Broken Social Scene: « Lets Try The After 1 & 2 »

En 2017, Broken Social Scene avait effectué un retour en puissance bien fracassant avec on album Hug of Thunder. Le collectif indie rock canadien avait ainsi prouvé que malgeésept années d’absence, il pouvait revenir encore plus fort. Cette année, le combo evient mais en format court et à deux reprises avec un premier volet intitulé Let’s Try The After.

Composé de cinq titres, Broken Social Scene continue de nous surprendre avec sa musique toujours aussi romanesque et fantasque. Après une introduction étonnamment ambient nommée « The Sweet Sea », le collectif canadien pousse le bouchon avec le quasi-instrumental intitulé « Remember Me Young » aux allures post-rock alors que l’on attendait les interprétations passionnantes et passionnées. Fort heureusement, Ariel Engle de La Force ira répondre présent sur ce titre tout comme sur l’épique « 1972 » aux arrangements dantesques tout comme Kevin Drew qui nous envoûte sur le plus classique « Boyfriends ». S’achevant sur le glorieux « All I Want », Broken Social Scene ne déçoit pas avec ce premier volet même si l’on attendait des sommets plus dignes du collectif.

Après un premier volet qui manquait un peu de surprise, on était en droit de demander si Broken Social Scene allait définitivement se lâcher sur cette dernière partie du saga de cinq titres.

Le collectif indie rock canadien débute comme il a débuté le premier volet avec une introduction cinématographique nommée « Memory Lover » dont on aperçoit un clin d’œil à « Boyfriends » avant d’enchaîner avec des morceaux plus conventionnels et formatés comme « Can’t Find My Heart » et « Can’t Find My Heart ». La surprise de l’EP se nomme « Big Couches » où ils auront recours à l’Auto-Tune mais en dépit de cela, ils ne réussiront pas à raviver la flamme d’antan tout comme sur la conclusion nommée « Wrong Line » dont on attendait un final des plus dantesques. En fin de compte, ce Let’s Try The After nous laisse un peu sur notre faim et nous donne la conviction que Broken Social Scene est encore un peu en dedans de ce qu’il pourrait réaliser avec plus de volonté.

***

14 octobre 2019 - Posted by | On peut faire l'impasse |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :