No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Kota Motomura: « New Experience »

Kota Motomura est un personnage quelque peu mystérieux avec une oreille pour la musique idiosyncrasique qui va de l’exotica, au jazz , à la houseou la techno. Très original, son répertoire pourrait être considérér comme baléarique, chose quei se confirme sa deuxième sortie, New Experience.

Motomura a commencé à envoyer les démos fin 2017, après le succès du tube underground international Web Of Intrigue (du dernier EP de Leonidas & Hobbes, The Rags Of Time). Ces démos ont immédiatement ébloui le patron du label Hobbes (déjà séduit par la culture japonaise, après quelques tournées en Extrême-Orient, cette ne histoire d’amour va se reflétee dans le choix de son compatriote Sayori Wada pour créer la pochette. Hobbes a demandé à entendre d’autres démos. Ils étaient également bons et le duo s’est mis d’accord sur une sortie en EP. Et puis la ligne a été coupée… pendant plus de six mois. Lorsque Motomura a repris contact, il a expliqué qu’il avait été malade ce qui fait qu’il n’a pas été possible de sortir cette musique jusqu’à présent.

Le titre d’ouverture «  Aboy «  vous fait flotter dans un ruisseau psychédélique, les cordes pincées vous berce dans un état de rêve, tandis que l’image occasionnelle d’un film miyazaki oublié de longue date passe. C’est un bijou rare, qui sonne un peu comme peu de choses du passé, mais comme rien d’autre en ce moment. « Yes » augmentera ensuite le tempo en ajoutant des beats, du saxophone et des chants d’oiseaux occasionnels ainsi que d’autres effets sonores tombant dans un mix qui devienra de plus en plus étrange au fil des dix minutes d’un marathon. Accélérant hyper-activement vers la fin, il ne manquera pas de laisser quelques DJs se gratter la tête.

La face B est un peu plus rigide : le morceau d’ouverture « Stars » est un numéro house de style bossa-nova avec des motifs de piano contagieux, tandis que «  Cry Baby » sonnera un peu comme « Throw » de Carl Craig, réimaginé avec différents chants et un piano bancal. La La bonus track « Satellites » (téléchargement uniquement) sera, elle, lu genre à renouer avec la légende de Detroit, Theo Parrish apportera ses basses boudineuses, en offrant un groove solide et en effets vocaux de style scat avec un refrain clavier lancinant alors qu’un bonus secondaire « Return » (téléchargement uniquement) conclura sur une touche techno bizniz comme pour culminer sur loufoquerie et bizarrrerie.

***1/2

3 octobre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :