No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Kayo Dot: « Blasphemy »

Le caractère multicarte de Kayo Dot n’a échappé à personne. Tout avait commencé avec Maudlin Of The Veil sous le patronage d’influences doom/death déjà permissives, laissant s’installer des ambiances laiteuses et des éléments jazzy. Paru en 2003, Choirs Of The Eye, premier album de Kayo Dot, assumait ces velléités expérimentales et en ajoutait bien d’autres, avec une certaine démesure et, à l’arrivée, un accueil enthousiaste ô combien mérité. Le groupe traça ensuite un parcours prolifique, mais sinueux et diversement reçu par la critique, au gré d’envies musicales changeantes et de personnel remanié dans les grandes largeurs. Relancé par le massif double-album Hubardo (2013), qui marquait le retour en grâce de la saturation « metal » dans son arsenal, Kayo Dot en prit tout naturellement le contrepied quelques mois plus tard. Tournant objectif pour le groupe, Coffins On Io proposait un voyage saisissant à travers des panoramas rétro-futuristes hantés par l’esprit de Blade Runner. On exultait aussi d’y piocher des renvois à Pink Floyd et au vieux King Crimson. Alors que l’album suivant, Plastic House On Base Of Sky (2016), poussait la recherche synthétique sur des escarpements parfois difficiles d’accès, ce neuvième opus studio de Kayo Dot semble comme branché directement en sortie de Coffins On Io. Avec bien sûr des évolutions et des zones de rupture, l’immobilisme étant inconcevable.
Rapidement, pour finir de dérouler le CV, on n’oubliera pas de mentionner l’implication ponctuelle de Toby Driver au sein du fameux collectif Secret Chiefs 3, où il officie comme bassiste, ni surtout les albums pas vraiment solo parus sous son patronyme – le dernier en date, They Are The Shield (2018), étant une petite merveille.

Ce qui frappe sur Blasphemy, c’est la façon dont les morceaux sont à la fois éloignés et proches les uns des autres. Des objets issus d’un même corps céleste et partis dériver chacun dans une atmosphère différente. Cette impression naît de la présence récurrente d’une « brume » sonore à base de synthés analogiques et de filtres donnant aux guitares un grain translucide. Le procédé rappelle le bourdon en musique religieuse, en cela qu’il permet à la mélodie de vagabonder au fil de l’eau (l’allusion à l’élément liquide n’est jamais loin trouvant des accords heureux à l’oreille. On peut voir dans cette formule une entorse à la non-linéarité consubstantielle à Kayo Dot, et s’interroger sur une volonté de faire de cet album une sorte de muséographie de leur rock abstrait, reposant sur un noyau musical malléable mais délibérément homogène.


Comparés à ceux de Coffins On Io, dont ils perpétuent le sang-froid et la souplesse des trames instrumentales, les morceaux de Blasphemy se distinguent par une enveloppe de surréalisme portée sur l’éclairage naturel, par opposition au halo des néons – ce côté lunaire, presque lovecraftien, suggéré par la pochette. Comportant des passages plus obscurs, certains nerveux sans aller jusqu’à renouer avec les déflagrations zorniennes d’autrefois, ils proposent aussi une palette vocale nettement plus variée : il y a le Toby absorbé que l’on connaît, le Toby crooner apparu plus récemment, mais aussi un Toby chafouin, un Toby vocoder (ça surprend la première fois) et pour finir, sur le titre éponyme, des strophes scandées façon David Tibet. Un mot d’ailleurs sur les paroles, aux allures de quêtes dans des mondes imaginaires, tapies sous un épais manteau d’abstraction et de délire fiévreux. Elles méritent que l’on s’investisse dans le livret pendant l’écoute.
Avec Kayo Dot on ne sait jamais trop de quel côté va retomber la pièce. Que Blasphemy soit un album plaisant et riche n’est pas à proprement parler une surprise, mais un soulagement certain. Mieux, on a le sentiment que le moteur créatif tourne à plein régime et se bonifie à un rythme soutenu, pour des amalgames limpides entre l’expérimentation et la simplicité d’écoute. On ne sait si le meilleur est à venir, mais on frétille déjà de l’envie d’accompagner le groupe dans ses futurs possibles.

***1/2

24 septembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :