No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Acres: « Lonely World »

Acres fait un honneur au rock avec son tout premier album Lonely World. Le panel est large, et passe naturellement du post-hardcore à un rock alternatif plus calme.
Acres a, pour cela, pris son temps. Cela fait maintenant quatre ans que le groupe joue avec cette formation, et il nous livre enfin un premier opus. Cette attente est largement récompensée par la qualité de celui-ci. Lonely World commence d’ailleurs par un titre plutôt trompeur. En effet, l’ouverture avec le mélodique « Deathbed » n’est qu’un leurre. Cette courte introduction laisse vite place à la signature sonore d’Acres sur « Medecine ».
En effet, même si Acres a su garder une unité pour l’ensemble des morceaux de Lonely World, le groupe a su gérer la variété. L’unité se retrouve notamment dans les sujets abordés. La dépression, l’anxiété, la douleur…. l’émotion est au rendez-vous. Les membres d’Acres ouvrent leur coeur dans cet album. Par ailleurs, l’unité se joue également dans les mélodies atmosphériques, certainement aidées par le delay des guitares. Et Ben Lumber vient poser la touche finale avec sa voix.
L’unité de Lonely World vient également du style post-hardcore dominant sur l’album. Un album aux riffs puissants et rythmés. « Talking in your Sleep » et  « Hurt » viennent justement illustrer à merveille cette capacité d’Acres à produire un son puissant. Dans cette dernière, le groupe a d’ailleurs sur élargir le champ des possibles. À cet effet, le dernier titre cité, tendra plutôt vers un style metalcore avec des breaks efficaces.

Alors certes cet album est un ensemble harmonieux, mais ce n’est pas pour autant répétitif. Acres a sur jouer sur différents tableaux du rock pour nous livrer une belle panoplie de titres. Sur, par exemple, « Lullaby » qui vient calmer ce puissant album avec une voix clean posée, et des guitares douces. Mais le groupe joue carte sur table avec le titre phare Lonely World, dans lequel nous retrouvons l’atmosphère de l’introduction. Ce titre efficace sait capter l’attention et s’encre facilement dans les mémoires. La boucle est bouclée avec « Skin Over Mine » qui vient se terminer tout en douceur, comme pour déposer cet album, et ne demander qu’à recommencer ces 10 titres.

Avec Lonely World, le  quatuor  présente un opus réussi et prometteur. Alors certes, nous ne sommes pas face à un album aux prises de risques incroyables. Mais ici le groupe déploie ses ailes et essaie, avec succès, de varier dans son savoir-faire.
***1/2

24 septembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :