No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Temples: « Slow Motion »

Le nouvel album de Temples se faisait attendre au point qu’on se demandait s’ils pouvaient continuer à être parmi les meilleurs rejetons de la scène rock psychédélique anglaise Le premier abord (ou accord) alimente les doutes, tant, sur Hot Motion, tout semble être réuni pour s’efforcer un peu laborieusement de confirmer ce rêve de perfection auquel tout un chacun peut aspirer si, bien sûr, il est habité par un minimum d’ambition, à savoir être parmi les meilleurs représentants du rock psychédélique britannique.

Tout est purtant déjà réuni : une orchestration très riche et parfaitement réalisée, la voix vaporeuse du leader James Bagshaw qui dans ses aigües nous rappelle le timbre si joliment nasillard des débuts de John Lennon, et cette atmosphère onirique qui nous ballade loin de ces cieux plombés si pourraient annoncer l’automne des saisons mais aussi celui de l’esprit.

Suite au départ de leur batteur Samuel Toms parti rejoindre Fat White Family, le désormais trio revient avec un opus où le maître-mot est l’expérimental tel que celui-ci était de mise au temps de la West Coast californienne dans la seconde partie des sixties. C’était cette orientation qui caractérisait leur très réussi « debut album » Sun Structures, direction qui avait pris une tonalité plus pop et qui avait calmé les ardeurs psychédéliques de beaucoup sur
Volcano en 2017 et son virage plus pop avait calmé les ardeurs psychédéliques de beaucoup. Slow Motion opère donc un retour aux sources qui va jalonner les onze compositions de l’album.


Mais, justement, hormis le titre d’ouverture « Hot Motion » le « single » qui, en lui-même est la quintessence de ce qui définit le son Temples, on pourra passer sur le reste de l’album de titres en titres de façon quasi-automatique. Peu de relief, on en regrette un peu que tous les morceaux soient autant travaillés. Casser le rythme avec quelques ballades, surprendre l’auditoire avec des titres plus épurés, que cela soit avec un arpège ou un riff de guitare, ou bien avec les notes mélodieuses d’un clavier auraient donné matière à exploiter autrement la voix de James Bagshaw.
Structuré de façon quasi identique sur sa longueur, le disque s’écoute aussi rapidement que trop facilement. Certains morceaux s’émancipent légèrement de ce trip un peu monotone, par exemple un « Not Quite The Same », qui, de par son couplet, ralentira un peu le tempo alors que le travail à la guitare plus lourde rappelle que le rock est la base un effort de groupe. De la même manière, « Atomise », flirtera allégrement avec un rock très cosmique pour enchainer avec des guitares bien garage et un chant beaucoup moins linéaire.
Hot Motion est musicalement réussi. Temples s’ancrent définitivement dans la mouvance dite néo-psychédélique, terme issu de la presse britannique qui, adepte des qualificatifs imagés, veut signifier à juste titre que le groupe a son style, et qu’il s’y tient. Ses membres qui sont nés bien après les prolifiques et enfumées années 60 ont parfaitement capté l’essence même du son de cette période et proposent une pop psychédélique moderne, structurée et solide. Néanmoins, peu de risques sur ce disque qui comblera sans aucun doute les admirateurs les plus fidèles du groupe mais qui risquera de lasser ceux qui auraient apprécié les voir évoluer.

***

23 septembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :