No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Tor Lundvall: « A Strangeness In Motion – Early Pop Recordings 1989-1999 »

Ceux qui connaissent les travaux de Tor Lundvall et son ambient cinématographique passablement sombre (par exemple Empty City ou le récent A Dark Place, lent et envoûté) vont s’étonner devant ces travaux. On a ici une pop wave très narrative, parfois gentiment dansante (« The Night Watch ») alors que ses compositions lorgnent habituellement sur le descriptif et les climats (on retrouve cet axe dans l’introduction de « Lessons that Kill » par exemple). Plutôt datés et donc passablement au goût du jour, ces miniatures (« Fligh » est un instrumental et plusieurs titres marquent un état finalisé) amuseront les fans de Duran Duran, Talk Talk ou les Pet Shop Boys (« Original One », la voix sur « The Melting Hour »), davantage que ceux de Depeche Mode ou du premier Ministry. 

Heureusement, la conception de ces titres, remisés jusqu’alors, s’étend sur une décennie, de quoi modifier progressivement leur ADN. Les détails affluent, les morceaux, travaillés, dévoilent des teintes doucement grisées (« Procession Day », « August Rain »).

Ce pas de côté se justifie dans l’œuvre habituelle de Tor Lundvall. Cependant, on reste sur sa faim : cet univers plus chatoyant est maîtrisé en termes de prise de son, mais sans risques (le doucereux « Procession Day », la délicatesse de « Hidden ») et, plus dommageable, sans personnalité suffisamment affirmée. Le disque peut plaire, mais n’apporte pas la découverte qu’on attendait à la lecture de la promotion : à l’image de « The Clearing », bien porté par des trouvailles synthétiques, les compositions retombent régulièrement dans l’anecdotique. Bien produits, il manque toujours à ces titres un éclat, une tournure plus étonnante, un refrain, un gimmick (« Watched » se tient à la porte des tubes indolents qu’on aimerait aimer). 

Tor Lundvall restera reconnu pour ses apports à une scène ambient cinématographique, pas pour son implication de compositeur dans la scène electro-pop-wave. Ce disque peut, à cet égard, se cantonner dans les curiosités avec la prégnance que xe type de compilation peut avoir.

***

16 septembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :