No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Keane: « Cause And Effect »

C’est au terme d’une pause de six années et d’une petite incartade solo de son leader Tom Chaplin que Keane nous reviennent avec un sixième album studio intitulé Cause And Effect.
Un titre comme une analyse de ce qui a mené le groupe à se séparer un temps et à se consacrer à d’autres projets, qu’ils soient musicaux ou personnels. La cause : un travail très prolifique depuis leur début de carrière en 2004, un succès quasi ininterrompu surtout au Royaume-Uni avec tous les aléas liés au statut de pop star, et la quarantaine approchant, des envies légitimes d’épanouissement familial. L’effet : un disque très bien construit, destiné à conforter les fans et, à l’occasion, en convertir quelques autres.
Les ingrédients qui ont fait le succès de Keane sont à nouveau réunis : en premier lieu la voix de Tom Chaplin d’une intensité si pure – qu’il aborde le registre du grave comme de l’aigüe – qui n’a pas bougé d’un iota depuis les débuts. En second lieu, la mélodie. Tous les titres sont construits autour d’harmonies bien distinctes, qu’elles soient déclinées au piano ou à la guitare. Ici, premier bémol, l’orchestration pop paraît poussive, en particulier sur des titres un peu dansants tels « You’re Not Home », « Love Too Much » et « Pages ». Les effets de synthé rendent les morceaux un peu légers, les imprégnant de ce son mainstream très apprécié des radios anglaises. Le « single » « The Way I Feel » entre totalement dans ce cadre. On l’accompagne du pied, on chantonne, mais on oublie rapidement pour passer à autre chose.

La réussite de cet album réside dans ses ballades. Tom Chaplin est la véritable pierre angulaire du son de Keane. Sa voix simplement accompagnée d’une musique douce donne une profondeur véritable à des morceaux comme « I Need Your Love », « Put The Radio On » et « Strange Room ». On se souvient tous de l’efficacité dévastatrice d’un titre comme « Bedshaped »), où Tom Chaplin jouait de variations d’une élégance folle dans son timbre et son jeu de piano.
C’est à se demander si ce dernier ne mériterait pas de se consacrer à une carrière solo en mode chanteur à piano. Il manque à ce disque une empreinte un peu sombre, que de simples mélodies à la guitare (même acoustique) auraient pu apporter. Il ressort une petite impression de rester sur sa faim, surtout après une si longue pause. Le talent de composition est là mais une variation dans leur empreinte musicale quinze ans après leurs débuts nous aurait prouvé qu’ils ont mûri, tout comme leur public.
Fort de deux premiers albums particulièrement brillants, les concerts de Keane sont généralement généreux en titres de cette période phare. Le groupe ne se transforme alors pas en bête de scène, mais sait impulser une certaine dynamique à des morceaux qui passent un peu inaperçus sur leurs autres disques. L’interprétation de ce nouvel album en live est donc très attendue.
En quelques mots,
Cause And Effect ne révolutionne pas le petit monde de Keane mais conforte le groupe dans sa capacité à composer des titres solides, dans une lignée musicale quasi ininterrompue depuis 2004.

***1/2

16 septembre 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :