No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Devendra Banhart: « Ma »

Devendra Banhart nous invite une nouvelle fois avec doigté dans son salon décalé aux replis foisonnants, dont on ne sort jamais indemne. Ce dixième album du musicien américano-vénézuélien a comme titre un tout petit chapeau : Ma, une référence directe à la maternité qui prend aussi le sens plus large de notre rapport au monde, à sa sagesse. De la minimaliste « Memorial, » où sa voix décontractée rappelle immédiatement Leonard Cohen, au bossa-nova souple d’ «  Abre Las Manos », dédiée au Venezuela aujourd’hui tourmenté où il a grandi, Devendra Banhart est mi-doux mi-grave, abordant la mort et la vie de son souffle légèrement étourdi.

Bien que l’orchestration soit toujours dense et recherchée (écoutez « Love Song »), mêlant cordes, cuivres et guitares, l’ensemble est moins fumeux, plus huileux — sauf peut-être sur « The Lost Coast) » belle trame de fin du monde. Oui, on trouve encore sur Ma son petit vibrato caractéristique et un brin d’éclectisme, signe que Devendra Banhart change sans tout à fait changer.

***1/2

13 septembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :