No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Antwood: « Delphi »

Delphi est le troisième album d’Antwood (anciennement Margaret Antwood), alias du Canadien Tristan Douglas. Remarqué depuis ses débuts par des magazines prestigieux tels que Vogue ou The Wire, l’artiste propose une musique électronique aventureuse. On nage ici dans des eaux expérimentales et déroutantes, où l’intimiste côtoie l’extravagant, l’archaïque le moderne.
Douglas a été épaulé par sa compagne Olivia Dreisinger, et ils ont développé ensemble le personnage d’une jeune fille prénommée Delphi. Ainsi, la vie de l’adolescente n’est sans doute pas un long fleuve tranquille. Le cortège des émotions l’assaille face à notre monde contemporain de plus en plus déstabilisant, sombre, malsain. On sent poindre la nostalgie de l’enfance, un âge d’or fantasmé faisant écho à l’image de la Grèce antique et à son oracle de Delphes. Cette volonté de retrouer ses origines est prégnante sur « First Delphic Hymn (to Apollo) », titre mystique de musique grecque ancienne ; la mythologie est suggérée.

Notons que les morceaux calmes donnent la pleine saveur à cet opus chamarré, mais inégal par bien des aspects. Si l’intro nous réjouit avec son synthé mystérieux et sa ritournelle onirique que l’on entendra ailleurs, l’ambiance est gâchée dès « Club Dread », tout en agressivité electro, une dance démoniaque, violente, tendue. Cette débauche est malheureusement répétée et altère le propos musical. Néanmoins, le portrait de cette créature est complet, ce qui implique errements chaotiques (« Delphi », « Portal »), douceur élégiaque (« A Hostile Message», « Delphi’s Song », « Ecstatic Dance »), mais aussi dimension spirituelle (cf. l’exotique « Castalian Fountain » ».
Une disparité forte s’exprime donc tout au long de ces treize plages au niveau stylistique. Des éléments classiques parsèment cette œuvre, qui s’opposent à un son club, virant parfois au trip-hop (« Queasy ») et au hip-hop (« Cave Moth »). Souvent sombre, parfois lumineux (« Healing Labyrinth »), Delphi est un disque complexe, qui nécessitera sans doute plusieurs écoutes avant qu’on se l’approprie pleinement.

****

 

12 septembre 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :