No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Lloyd Cole: « Guesswork »

Lloyd Cole a décidé de laisser tomber les guitares acoustiques le temps d’un album de pop synthétique, chose promise mais enfin faite. Après quelques escapades électroniques avec Hans-Joachim Roedelius ou Wolfgang Seidel, le chant est également de rigueur ici et, connaissant le perfectionnisme de Cole, Guesswork ne pouvait pas être un truc bricolé à la vite mais un opus où la haute voltige était de rigueur.

Guesswork contient huit compositions de très haute tenue. ; débutant avec l’élégante « The Over Under » et son beat comparable à un battement de cœur, le disque nous entrainera ensuite dans une longue plage romantique les sept minutes qui la composent ersont subtiles et délicates. Le son ne sera pas toujours aussi raffiné au cours de ce treizième disque de l’artiste, mais on n’y perdra pas au change.
« Night Sweats » se montrera plus dansante ; un titre dans lequel Lloyd Cole se définit comme un « complicated motherfucker » ! Le wah-wah des guitares se conjuguera à merveille au rythme groovy de la mélodie adictive et très eighties et fera de ce titre une des plus belles réussites du disque.

A la différence de Don’t Get Weird On Me Babe, son second disque solo où l’Anglais flirtait avec un son plus électronique mais bien plus calibré FM, Guesswork pourrait constituer, à det égard, une forme de renaissance pour Cole. Ainsi, « Violins » et son intro ressemblant un peu à The Notwist sera une petite merveille pop synthétiqueaux accents Pet Shop Boys.
Bien entendu Guesswork ne contient pas uniquement des pop songs sautillantes. Lloyd Cole sait aussi nous séduire avec le son ambiant et posé de « Remains. The Afterlife », bien plus tragique et mélancolique que les autres compositions de l’album. Kraftwerk semble avoir été une belle inspiration pour le Britannique sur « Moments And Whatnot. When I Came Down From The Mountain » est un autre moment très réussi du disque avec son côté catchy et très pop avant que le majestueux « The Loudness Wars » ne cloture l’album de la plus belle des manières.
Guesswork est un disque atypique et très réussi ; magnifique vocalement et bien plus ingénieux musicalement qu’on pourrait l’imaginer, c’est sans doute le travail le plus abouti du chanteur depuis une quinzaine d’années, vraisemblablement un album-charnière pour Cole.

****

28 juillet 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :