No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Paul Den Heyer: « Everything So Far »

Autrefois aux commandes de Fishmonkeyman, formation oubliée du début des années 90 qui connut un bref et relatif moment de gloire avec le « single » « I Told You Once » , Paul Den Heyer avait plus ou moins disparu du circuit de la pop britannique. Ce n’est qu’à partir de 2011 que le nom de cet enfant des sixties, grandi au son des Beatles, de Bowie ou de King Crimson, recommence à circuler dans les milieux autorisés. A cette époque, le musicien de Liverpool est en effet devenu membre de Red-Sided Garter Snakes (projet d’ex-Chameleons, Puressence et Inspiral Carpets), et il a surtout commencé à produire les disques d’un jeune groupe local baptisé Sumstack Jones. Partageant avec ses jeunes concitoyens une obsession pour les arpèges cristallins des Byrds et la langueur du psychédélisme West Coast, Paul Den Heyer a donc fait logiquement appel à eux en les invitant à lui servir de backing band lors de l’enregistrement de ce qui sera son premier album solo.

Paul Den Heyer qualifie sa musique de « Britanicana ». Les neuf titres de Everything So Far lui donnent raison, en se situant précisément à la jonction du folk britannique et de la pop US hallucinogène des années 60 et 70. Logiquement, on se remémore ici les merveilleux londoniens américanophiles de Mojave 3, pour cette capacité à donner corps à la rencontre fantasmatique de Nick Drake et des Flying Burrito Brothers. C’est particulièrement vrai pour une première partie d’album à l’atmosphère cotonneuse, qui pourrait être l’oeuvre de shoegazers déguisés en cowboys, contemplant leurs  boots poussiéreuses en s’attaquant au répertoire de Neil Young (« Technicolor Summer Sunshine »). Ce ne sera qu’à partir de « Money Cloud » que le naturel pop de Paul Den Heyer commencera à refaire surface, trahissant les origines géographiques de ce beau disque de saison. Il va même jusqu’à titiller le grand Michael Head (The Pale Fountains, Shack), champion toute catégorie du songwriting de Liverpool, sur l’accueillant « Home Song ». Captivant et paisible comme une aube estivale, Everything So Far s’ajoute alors à la très longue liste des pépites discographiques charriées par les eaux troubles de la Mersey.

****

5 juillet 2019 - Posted by | Chroniques du Coeur | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :